Archives par mot-clef : Epinal

16 novembre 1915. Je suis nommé médecin-chef du 4ème groupe vosgien.

16 novembre 1915. Schmargult
Je suis nommé médecin-chef du 4ème groupe vosgien. Je ne quitte pas Schmargult où la 6ème batterie du 6ème d’artillerie de place (batterie Bréhier) est venue remplacer les jeunes soldats du 149ème ! Ah ! ma chère infanterie… adieu !…
Sur le Kastelberg, là où, il y a quinze jours, les fils barbelés et les […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

4 novembre 1915. Je suis descendu à Epinal me ravitailler en livres.

4 novembre 1915.  Epinal
Je suis descendu à Epinal me ravitailler en livres. J’y ai vu Hartmann, toujours bien maigre et bien pâle, le pauvre petit. J’y ai vu Renée Voisin, toujours à son poste à l’hôpital Saint-Joseph – elle s’y trouve depuis le 2 Août 1914- Et tout ce que j’ai vu d’autre m’a […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , , | Un commentaire

18 octobre 1915. J’ai retrouvé cet après-midi mon charmant camarade du 170, le lieutenant Brunet

18 octobre 1915. Schmargult
J’ai retrouvé cet après-midi mon charmant camarade du 170, le lieutenant Brunet, blessé à Notre-Dame-de-Lorette en juin et qui avait partagé mon existence sous les obus de la Tranchée de Calonne. Ah ! comme l’impression qu’il m’a causée est différente de celle ressentie auprès de Téchenay !… Brunet, élégant, homme du monde, indifférent à […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

6 septembre 1915. Le médecin-chef d’Epinal m’accorde ce que je veux

6 septembre 1915. Epinal
Le médecin-chef d’Epinal m’accorde ce que je veux : un groupe vosgien où figurent des éléments du 170ème. Je ne sais quand je le rejoindrai, le général-gouverneur n’ayant encore pas décidé.
… Mais qui aperçois-je au coin de cette rue ? Hartmann !… Hartmann maigri, l’air encore délicat, Hartmann laissé pour mort à la tranchée […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

5 septembre 1915. dans les Vosges avec un groupe vosgien

5 septembre 1915.  Chaumont
Reprise des hostilités : « Hé bien, Monsieur le Directeur ? – Hé bien, monsieur Bedel (il cède, il cède) je vous renvoie à Epinal à la disposition du médecin-chef de la Place qui vous expédiera… – au 170ème ? – Non pas, non pas, … dans les Vosges avec un groupe vosgien. » C’est une demi-victoire. […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

30 août 1915. Après quatre mois d’éloignement, je reprends le chemin de la guerre

30 août 1915. Epinal
Après quatre mois d’éloignement, je reprends le chemin de la guerre… Comme il me parait lent, le rapide de Nancy et comme Epinal est loin ! Je retrouve, après plus d’une année, un Nancy toujours calme, aussi calme qu’une capitale de la Normandie ou de la Provence. Je passe à Charmes, départ […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , , , , | Un commentaire

13 mai 1915. Ce matin à 8h on m’a délicatement déposé dans le train de Neufchâteau

13 mai 1915. Contrexéville-Neufchâteau
Ce matin à 8h on m’a délicatement déposé dans le train de Neufchâteau, accompagné d’une miche de pain, de deux ronds de saucisson et d’une tranche de gruyère. Et adieu, Contrexéville. En route pour l’inconnu.
A Mirecourt, en changeant de train, je me heurte à Cordonnier, qui, à peine guéri, rejoint […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , , , , , , , , , | 2 commentaires

13 octobre 1914. Les hasards de la guerre !

13 octobre 1914. Charmes
Les hasards de la guerre ! Comme ils coupent agréablement nos longues journées de combats, de marches, de bivouac ! Pouvais-je m’attendre à passer cette belle matinée d’automne dans la maison natale de Maurice Barrès ? C’est sur la grande route d’Epinal, à la sortie du pays, une maison bourgeoise, la maison de propriétaires […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

25 septembre 1914. Il a gelé blanc cette nuit.

25 septembre 1914.
Il a gelé blanc cette nuit. Voici le petit jour. Pas de fusillade, pas de canonnade. Que se passe-t-il ? Dans la rue du village j’avise le colonel (le l[ieutenan]t-colonel Pichoud qui commande notre régiment).- « Eh ! bien, mon colonel ? – Eh ! bien l’ennemi a fichu le camp à dix kilomètres en arrière pendant […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , , , , , , , | Un commentaire

4 septembre 1914. Ce matin à 6h, départ du bataillon pour La Baffe

4 septembre 1914 La Baffe (Vosges)
Ce matin à 6h, départ du bataillon pour La Baffe où les compagnies vont occuper les avant-postes d’Epinal.
La Baffe est un de ces jolis villages vosgiens aux maisons dispersées, aux horizons de forêts et de pâturages.
Je suis logé avec le commandant dans la maison la plus opulente […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , | Laisser un commentaire