Archives par mot-clef : Maurice Bedel

18 décembre 1918. La paix n’est pas la joie. La misère est sur les pays du Palatinat

18 décembre 1918.  Saint-Avold
Il y a dans le ciel des chevelures noires. Des femmes ? Des fumées de torches ? Des crinières de chevaux ? Il y a dans le ciel et sur les pins du Kesselbühl des écharpes de deuil… La paix n’est pas la joie. La misère est sur les pays du Palatinat. Les fronts sont […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

16 décembre 1918. Une usine tentaculaire mange la terre rouge d’une montagne

16 décembre 1918.  Spittel (frontière palatine)
Dans le noir Humburger Wald une usine tentaculaire mange la terre rouge d’une montagne. La gueule géante avale silice et charbon dans un bruit de mâchoires de fer qui a, depuis cinquante ans, fait fuir au loin lapins, chevreuils et sangliers. Les naseaux des cheminées fument dans l’air humide. Et […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

14 décembre 1918. Au pays de la houille, des maisons noires et des ciels noirs, vont des spahis moroses

14 décembre 1918.  Merlenbach (frontière du Palatinat)
Au pays de la houille, des maisons noires et des ciels noirs, vont des spahis moroses, vont sur leurs petits chevaux gris, le sabre sous la selle, et l’étincelle à l’œil… Ô casbah des Beni Yaya si rouge au soleil du Maghreb !…
Dans la boue des grand’routes, dans […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

8 décembre 1918. Une auto : Pétain.

8 décembre 1918. Metz
Sur la vieille esplanade qui en a tant vu, et de toutes les couleurs, aujourd’hui la foule est bleue et kaki. A gauche des tribunes un tas kaki où brillent les reflets des cuivres de musique des Américains ; en face, le tas bleu des Français.
Une auto : Pétain. La taille un peu […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

7 décembre 1918. Les peintres d’enseignes ne savent plus où donner de l’échelle et du pinceau

7 décembre 1918. Saint-Avold
Les peintres d’enseignes ne savent plus où donner de l’échelle et du pinceau. […] Ah ! ils en ont assez de ces changements d’enseignes ! Ca leur coûte cher. Et au prix où sont les chemises en papier vous jugez de ce que vaut le pot de peinture à l’huile !
Saint-Avold, vite, vite se […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

6 décembre 1918. la VIIème Armée prend le commandement de toute la Lorraine

6 décembre 1918.
Militairement, voici : la VIIème Armée prend le commandement de toute la Lorraine désannexée avec Metz, Thionville (Diedenhofen), Château-Sâlins, Boulay (Bolchen), Morhange (Morchingen), Sarrebourg (Sarrburg) ; tout le cours de la Sarre depuis sa source du Donon jusqu’à Merzig en Palatinat avec Saar-union (Saar-Buckemheim), Sarreguemines (Saargemünd), Sarrebrück (Saar-brücken), Sarrelouis (Saarlouis) ; avec une large partie […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

5 décembre 1918 De Lure à Saint-Avold

5 décembre 1918 De Lure à Saint-Avold
J’ai pris pour plus de commodité une auto sanitaire. J’ai logé à l’intérieur Lorenzini, mon ordonnance, et Chaigneau, le serveur de notre popote, et mes bagages. Premières lueurs d’une aube mouillée. Lure dort. Lure dort dans le grand silence d’une petite ville que les guerriers ont abandonnée.  Adieu Lure.
[…]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

1er décembre 1918. La petite ville n’est presque plus folle

1er décembre 1918.  Lure
La petite ville n’est presque plus folle, la petite ville est presque sage. Sur le trottoir de la rue Grande, les petits garçons jouent à la toupie ; les ménagères, un fichu noir sur les cheveux, le filet au bras, vont chez le boucher où il y a de la viande et chez le […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , | Laisser un commentaire

17 novembre 1918. « Fife la Vranze ! »

17 novembre 1918.  Mulhouse
Gevenheim… Puis des bois hachés menus. Des fondrières. Des voies de 0,60. Des débris de canons. Des obus. Ah ! tiens ! un boyau. D’autres boyaux. Des sacs à terre. Des barbelés, des barbelés, des barbelés. Des vieux, rouillés, des neufs, bleuâtres… Des tranchées blanches. Un remuement chaotique du sol.
Burnhaupt-le-Haut… « Ici fut Burnhaupt. » Des boutehons […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec , | Laisser un commentaire

15 novembre 1918. La 2ème armée est arrivée

15 novembre 1918.
Eh ! bien non, on ne nous place pas entre les C.A. et la D.E. La 2ème armée est arrivée cet après-midi et en deux heures de temps Hirschaner s’est emparé de tous nos biens : divisions, canons, mulets, hôpitaux, chemins de fer, ambulances alpines, et vous mes skieurs, et vous ma hutte de Schmargult, […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire