16 janvier 1917. La tempête continue à faire rage



16 janvier 1917 Aïn Leuh

La tempête continue à faire rage. On vit enveloppé dans des couvertures, faute de bois de chauffage. Le vent soulève et bouscule les tôles ondulées de notre toit dans un vacarme d’enfer. La pluie passe par mille trous et ma chambre a pour parquet une mare de boue. Ah ! ma petite cabane du lac de Schissroth, mes bons vieux sapins d’Alsace qui me faisaient de si beaux feux… Je vous ai fuis pour avoir chaud ! Ingrat que j’étais !… voici la punition.

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | 2 commentaires