20 – 30 novembre 1917 : je termine mon travail à la tête de l’équipe agricole



Le mardi 20 novembre 1917
Je vais à pied à La Ferté-Gaucher voir le dentiste. Il est passé toute la journée des camions de troupes sur la route de La Ferté à Coulommiers.

Le mercredi 21 novembre 1917
Je vais à Marolles et à Faÿ. Le mauvais temps m’empêche d’aller à Coulommiers.

Le jeudi 22 novembre 1917
Je vais à Champbonnois et à Saint-Rémi-la Vanne.

Le vendredi 23 novembre 1917
Je vais à Chartronges. Je vais rendre compte au commandant au sujet d’un homme de mon équipe qui est rentré à sa compagnie.
Le samedi 24 novembre 1917
Je vais à Leudon et à Chevru. A la 33ème compagnie, il n’y a jamais d’exercice. Il n’y a que 4 ou 5 hommes disponibles qui sont toujours employés aux corvées. La 35ème fait l’exercice matin et soir au terrain du Merger. Elle est commandée par le lieutenant Bachet.
Le dimanche 25 novembre 1917
M[esse] de 9 h ¼. Je vois le sergent Daugé qui surveille une équipe agricole dans le canton de [X…x] près de Provins. Le capitaine Niedlispacher, ancien commandant de la 34ème compagnie, qui est au 158ème de ligne, est venu à Choisy[-en-Brie].
Le lundi 26 novembre 1917
Je vais à Chartronges et à Chevru.
Le mardi 27 novembre 1917
Il est tombé de la neige cette nuit. Je reste au cantonnement toute la journée. Le temps est froid et humide, et la neige fond à mesure qu’elle tombe.
Le mercredi 28 novembre 1917
Je vais à Coulommiers à pied à 9 h et je rentre à 16 h par le train. C’est le jour du marché et je vois beaucoup de gens chez qui je vais voir les hommes de mon équipe. C’est le grand marché des fromages de Brie et il y a des centaines de voitures venant de 20 km à la ronde.
Le jeudi 29 novembre 1917
Le capitaine Niedlispacher, du 158ème, ancien capitaine commandant de la 34ème compagnie, fait une conférence à l’école aux officiers et sous-officiers du bataillon sur l’attaque à laquelle il a pris part le 24 octobre à La Malmaison. Je vais le soir à Faÿ, Chevru et Leudon.
Le vendredi 30 novembre 1917
Dernier jour de l’équipe agricole. Je vais à Champbonnois et à Chartronges. Il passe sept aéroplanes en groupe au-dessus de Choisy[-en-Brie]. Je suis désigné pour partir dimanche au stage de grenadiers.

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Publié dans Eugène à la guerre | Marqué avec , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

18 novembre 1917. Pendant ma permission



18 novembre 1917. Pendant ma permission (dix jours)

Le groupe de brancardiers avec la 167ème et la 170ème divisions ont été vivement transportés sous Cambrai où les Anglais croyaient pouvoir percer à coups de tanks les lignes allemandes. Espoir déçu.

Je retrouve mes hommes et mes camarades dans la Haute-Saône.

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

29 octobre – 19 novembre 1917 : un mois déjà que je surveille une équipe agricole



Le lundi 29 octobre 1917
Je vais à Chevru et Faÿ.

Le mardi 30 octobre 1917
Je vais à La Ferté-Gaucher voir le dentiste militaire. Je vais prendre un bain aux bains municipaux de La Ferté. Il y a séance de cinéma à Choisy[-en-Brie].

Le mercredi 31 octobre 1917
Je vais à Champbonnois et à Chartronges.

Continuer la lecture

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Publié dans Eugène à la guerre | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire