Archives de catégorie : Un Goncourt dans la Grande Guerre

20 avril 1918. Et peu à peu, contre-attaque à contre-attaque, la bataille s’éteint…

20 avril 1918.
Et peu à peu, contre-attaque à contre-attaque, la bataille s’éteint… c’est une banale bataille de plus… Elle nous a valu une victoire : Foch. Que sera Foch ? Que fera Foch ? Peut-il faire autre chose que Ludendorff ?

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

15 avril 1918. La bataille continue…

15 avril 1918.
La bataille continue… Secteurs d’Ypres et d’Amiens. C’est Verdun sur une plus vaste échelle.
L’une après l’autre les divisions fraîches de la VIIème armée sont relevées par des divisions en provenance du front de bataille.
Nous recevons les 9ème, 10ème et 6ème D.I. et la 15ème Division Coloniale.

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

10 avril 1918. Les Portugais se font enfoncer à leur tour devant la Bassée.

10 avril 1918.
Les Portugais se font enfoncer à leur tour devant la Bassée.
Le Vème corps nous arrive. Il revient de loin, de par-là-bas, du côté de Noyon où il a contenu les Allemands pendant les premiers jours de la bataille. Il n’est pas aussi démoli qu’on pourrait le croire : bataille de mousqueterie, […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

7 avril 1918. La division de chasseurs Brissaud-Desmaillets traverse Lure, se dirigeant vers la bataille.

7 avril 1918
La division de chasseurs Brissaud-Desmaillets traverse Lure, se dirigeant vers la bataille. Clairons, fanfares, fourragères et fanions…
Il nous reste en tout et pour tout six divisions en ligne pour 140kms de front. Les Allemands, devant nous, en alignent sept.

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

5 avril 1918. Les attaques reprennent avec fureur

5 avril 1918.
Les attaques reprennent avec fureur.*
Les Allemands après onze tentatives successives, où plus de onze divisions furent engagées, ont pris pied dans les villages de Mailly-Raineval et de Morisel (ce dernier au nord-ouest de Montdidier à 7kms de la grande ligne Paris-Amiens-Calais.)
Notre secteur n’est plus en guerre. Silence absolu […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

2 avril 1918. Les grosses pièces continuent de bombarder Paris.

2 avril 1918.
 
Les grosses pièces continuent de bombarder Paris.
Par l’étude des éclats d’obus et par le témoignage des prisonniers, on a sur elles les données suivantes :
Il y a trois grosses pièces destinées au bombardement de Paris ; elles se trouvent auprès de Crépy-en-Laonnois, à l’ouest de Laon. Calibre : 210m/m. Longueur du tube 25 […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

31 mars 1918. Le front français reste solide au sud d’Amiens.

31 mars 1918. Pâques
Pâques d’espoir. Le front français reste solide au sud d’Amiens. Le front anglais ne bronche pas.
Il pleut à verse. Les lilas ouvrent leurs feuilles et l’on devine déjà leurs fleurs pleines d’espoirs de parfums… Mais, les pauvres lilas de Montdidier sous l’ypérite, sous la pallite, sous le feu, sous le fer !…

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

30 mars 1918. Les Allemands piétinent autour de Montdidier, devant Amiens et au sud d’Arras.

30 mars 1918.
Les Allemands piétinent autour de Montdidier, devant Amiens et au sud d’Arras.
Nos communiqués emploient les grands mots : « …dans un magnifique élan nos troupes ont contre-attaqué l’ennemi à la baïonnette… pertes allemandes extrêmement lourdes… la résistance indomptable de nos troupes… les combats ont pris sur ce point un caractère d’acharnement inouï »
[…]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

29 mars 1918. On parle d’une armée franco-anglaise Foch, constituée pour la contre-offensive.

29 mars 1918.
On parle d’une armée franco-anglaise Foch, constituée pour la contre-offensive.
Le G.Q.G. reprend son calme et les voix de Provins entendues au téléphone se font plus amènes. Dame ! nous donnons à Pétain jusqu’à notre dernier bonhomme. Le 16ème corps s’en va, en entier. La division Brissaut-Desmaillets s’attend à partir ainsi qu’une division […]

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

28 mars 1918. Nous les endiguons sur les lignes de 1915

28 mars 1918.
Nous les endiguons sur les lignes de 1915, ou à peu près : Noyon, Lassigny, Montdidier, Braye s/Somme.

Publié dans Un Goncourt dans la Grande Guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire