6 mai 1915. Ah ! la bonne nuit !



6 mai 1915. Verdun (Hôpital St Nicolas)

Ah ! la bonne nuit !

A mon réveil Villemur vient me voir. Nous bavardons. Villemur se soigne l’estomac. Je lui apprends la mort de Cocagne, son capitaine et les autres événements.

L’hôpital regorge de blessés. Ma section est celle des blessures au crâne. Beaucoup de blessés graves survivent. La salle Michel Lévy montre ainsi une douzaine de têtes emmaillotées du plus curieux ensemble.

Le chirurgien trouve que ma plaie est « belle » et me fait garder le lit, la tête très basse. Les vertiges persistent tout de même, ma chambre tourne autour de moi à raison d’au moins trente tours par minute. Et je vois à peine clair.

Je suis livré aux soins dévoués et aux mains blanches de Mlle Levieux, jeune infirmière de la Société de Secours. Enfin je vois à l’œuvre mes élèves de ces dernières années. Elles sont très bien mes élèves. Elles travaillent autant que quatre hommes. Elles sont toujours gracieuses, souriantes, empressées malgré la fatigue.

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Cette entrée a été publiée dans Un Goncourt dans la Grande Guerre, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>