Liste des articles de "les partis"
26 avr 2012
Chloé Bossard

Marine Le Pen écrit une lettre acerbe aux deux finalistes

« Messieurs les candidats, un peu de respect ! » C’est ainsi que Marine Le Pen a choisi d’interpeller les deux candidats au second tour, qui, selon elle, « insultent » ses électeurs en lorgnant sur leurs voix. « Je ne peux laisser la campagne d’entre-deux-tours se dérouler sans m’adresser à vous et vous inviter à cesser l’insulte et le mépris », écrit-elle aujourd’hui dans une lettre ouverte, mettant Nicolas Sarkozy et François Hollande dans le même sac.

La présidente du Front National, qui a séduit 6,4 millions de votants, répond ainsi aux deux finalistes, qui ont tour à tour qualifié sa poussée électorale de  »vote de crise » pour le socialiste, et de vote de « souffrance » pour le président sortant. « Il n’y a pas d’un côté des Français qui voteraient avec leur intelligence et de l’autre des Français qui voteraient par instinct ou par réflexe, comme des animaux« , s’insurge la leader d’extrême-droite.

Lire la suite »

23 avr 2012
mariellaesvant

« Aujourd’hui le liant de la gauche, c’est l’anti-sarkozysme »

Malgré un score exceptionnel du parti socialiste, et de la gauche en général, au premier tour du scrutin présidentiel, le politologue Rémi Lefebvre, spécialiste du PS, professeur à l’université de Lille 2, fait le constat qu’il «n’y a pas de progression des idées de gauche». «Même si François Hollande est élu, il y a un phénomène de droitisation de la société incontestable, estime-t-il. Cette élection risque d’être une élection en trompe l’oeil parce que les idées de droite ne sont absolument pas défaites». Le résultat, selon lui, de l’abandon par le candidat socialiste du discours de transformation sociale pour un discours «défensif, inscrit dans un contexte économique difficile».  Interview.

Malgré quelques bains de foule, comme ici à Tours, François Hollande n'a pas réussi à soulever l'enthousiasme de la gauche. (Photo NR, Patrice Deschamps)

Lire la suite »

18 avr 2012
mariellaesvant

Eva Joly fait frémir le Cirque d’hiver

Aphorismes, assonances, allitérations, anaphores et rimes riches. Auréolée d’une nouvelle plume – celle de son directeur de campagne Stéphane Sitbon-Gomez –  Eva Joly est entrée en piste pour le dernier meeting présidentiel d’Europe Ecologie-Les Verts, mercredi au Cirque d’hiver, à Paris. Plus de 2.000 militants dans les tribunes, quelques uns dans une obscure succursale ou dehors, « debout sous la pluie ». Même si on ajoute ceux qui ont suivi d’un oeil ou d’une oreille la retransmission live sur le site evajoly2012.fr, on est loin des meetings géants des cadors de la campagne. Perdants d’avance sur les questions de taille, les écolos ont joué - un peu tard - la carte du « Eva pour tous et tous pour Eva ». L’ovni de la campagne (quoique Jacques Cheminade lui fasse une concurrence sérieuse…) les a convaincus avec un discours toujours atone, mais poétique et plein d’humour.

Après les tours de chauffe du colérique Dany Le Vert, de la sautillante Cécile Duflot, et du toujours sérieux Yannick Jadot, c’est une Eva Joly détendue qui est montée à la tribune. Dernière prestation dans l’arène, dernier discours, derniers applaudissements. Comme un soulagement. Des adieux à la scène pour lesquels la candidate écologiste a sorti le grand jeu, élevant même parfois la voix, et prouvant qu’en dix mois de campagne, elle a beaucoup appris.

Lire la suite »

15 avr 2012
mariellaesvant

Portrait de militant (7/6). Au FN, les jeunes « suivent la patronne »

Le Front national  plébiscité par les jeunesFabien Ollivier, 26 ans, dont cinq au Front, ça ne l’étonne pas. C’est l’effet Marine, s’enflamme le secrétaire régional du FNJ Centre : « elle est jeune, dynamique, elle incarne la nouvelle génération ». Et assure-t-il, elle « sait parler aux jeunes ».
Pour Fabien, c’est avec ses propositions sur la « réforme de l’accession au logement, du travail, l’apprentissage dès 14 ans » que « Marine » a sur séduire les « jeunes actifs », comme lui, commercial dans le bâtiment. Ces jeunes travailleurs constituent le « noyau dur » des troupes du FNJ. Pour les étudiants, c’est pas encore gagné. Là aussi, « il faut un noyau dur… ça arrive », élude-t-il. C’est que sur les campus, malgré la tentative de dédiabolisation menée par la présidente du parti (lire l’analyse deSylvain Crépon, spécialiste du FN), il ne fait pas bon s’afficher FN. « Comme dans tous les milieux fermés… » regrette Fabien. Il comprend, et en même temps… pas vraiment.

Lire la suite »

11 avr 2012
mariellaesvant

Portraits de militants (6/6). « Se battre à l’extérieur et à l’intérieur du parti »

Sur le marché Saint-Paul, entre les blocs d’immeubles du quartier Sanitas, à Tours, Rachida Tassaoui, 39 ans, militante PS, tracte en parlant, parle en tractant, et… à du mal a s’arrêter. Sourire et bagou bien accroché, elle tend ses petits papiers sans se lasser. Difficile de croire que 10 ans plus tôt, elle « ne voulait pas entendre parler de politique ». Un peu comme Halim Ferraoun, 37 ans, militant au Parti radical de gauche, un « cousin de parti » attrapé en chemin. Pas par hasard : ils se croisent souvent dans les allées des « quartiers populaires ».

Ces quartiers populaires, que les partis boudent, ils en viennent tous les deux. L’indifférence « de » et « à » la politique, ils connaissent. Rachida votait à la tête du client – « celui qui avait la plus belle gueule sur les affiches » – lui faisait « comme les grands ». Ils ont pourtant fait leurs gammes, sans vraiment s’en rendre compte. Elle en traduisant les JT de 13h et 20 h pour ses parents « une corvée pour nous, enfants d’immigrés ». Lui est passé par le hip-hop, de là, au milieu associatif.

Lire la suite »

10 avr 2012
mariellaesvant
Commentaires fermés

Portraits de militants (5/6).  » C’est important de pouvoir se dire « j’ai fait ce que j’ai pu » « 

Sur les réseaux sociaux, il a participé activement à la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Mais le 22 avril, il ne votera pas… C’est que Simon Gervais, militant du Front de gauche, n’a que 16 ans. « C’est important pour moi de participer, de pouvoir me dire, quel que soit le résultat, « j’ai fait ce que j’ai pu », explique-t-il dans un haussement d’épaule. » Et puis, confie-t-il, la politique… « c’est devenu une sorte de passion! ».

 

 « J’ai commencé à m’intéresser vraiment à la politique en 2007 », raconte l’adolescent avec aplomb. Dans les radars du garçon de 11 ans, alors, il y avait Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. « Bayrou et Besancenot » aussi, qui émergeaient dans les discussions de ses parents. A force d’écouter les autres débattre, il a eu « envie de se forger une sa propre opinion ». « Emissions politiques » à l’appui, il a choisi Jean-Luc Mélenchon. Parce que c’est « un bon tribun », mais surtout « pour ses idées ».

Lire la suite »

9 avr 2012
mariellaesvant
Commentaires fermés

Portraits de militants (4/6). « Je me suis d’abord préservée dans la politique »

En signe de reconnaissance, « je vous passe l’écharpe orange! » a plaisanté Fanny Siouville, militante Modem, au moment de fixer un rendez-vous. Le foulard était beige et blanc, effectivement ; la montre en revanche éclatait d’un bel orange « Modem ». Pour cette professeur de français de 29 ans, l’histoire a – officiellement – commencé en 2007, avec la campagne présidentielle et ses séries de meetings.

C’est là qu’elle a commencé à s’intéresser de près à ce qu’elle appelle la « Res Publica, la chose publique ». Et c’est au milieu de centaines de militants que le sentiment de proximité s’est transformé en engagement partisan. « Comme il fallait voter… », s’excuse-t-elle presque.

 

Arnaud Montebourg est passé à Caen, où elle habitait. François Bayrou aussi. Le second l’a séduite « aussi bien dans la salle que sur scène ». Elle a aimé sa « sobriété’. Et le fait que « presque 40% de son discours soit dédié à l’éducation ». Oui, le coeur a ses raisons, mais la raison aussi. « C’est lui-même un ancien enseignant, c’est certainement pour ça qu’il est plus sensible à ces questions », élude-t-elle. Assez pour l’extraire d’une lignée socialiste, en tous cas.

Lire la suite »

7 avr 2012
mariellaesvant

Portraits de militants (3/6) : « La révolte fait vraiment partie de moi »

C’est dans un café de Saint-Pierre-des-Coprs que Francesca Di Pietro, militante de Lutte Ouvrière, nous donne rendez vous. Pas vraiment par hasard : elle y habite, « par ce que c’est moins cher qu’ailleurs, et parce que je ne pourrais pas vivre dans un quartier de nantis ». Le décor est posé, à quelques pas du marché où transitent les « couches populaires », comme disent les camarades.

Ce n'est pas tout à fait par hasard si Francesca Di Pietro, militante LO, s'est installée à Saint-Pierre-des-Corps, bastion communiste tourangeaux.

Chez elle « la révolte contre l’exploitation », c’est de famille. Elle a appris l’indignation en battant le pavé milanais avec ses parents,  purs produits de Mai 68 – à la mode italienne. Mais c’est en France qu’elle a forgé son engagement politique. Elle a rencontré Lutte ouvrière pendant ses études de géographie à l’université de Toulouse en 1986… et ne l’a plus quittée. Parce que LO, c’est du « sérieux ».

Lire la suite »

6 avr 2012
mariellaesvant

Portraits de militants (2/6). « Soutenir Eva Joly n’est pas réductible à un bulletin de vote »

 « Soutenir Eva Joly n’est pas réductible à un bulletin de vote ». C’est par mail qu’Adrien Gaumé, 36 ans, militant multicarte, « artiviste global », conclut la discussion engagée au Bergerac, un café Tourangeaux. Quelques heures plus tôt, un thé à la main, il a longuement raconté son ralliement aux promesses de changement d’Europe Ecologie-Les Verts. Et ses désillusions.

Activiste multicarte, Adrien Gaumé a pris ses distance avec EELV. Il reste derrière Eva Joly.

Europe Ecologie-Les Verts, pour lui, avec notamment la création de la coopérative et de l’Agora, c’était la promesse de la politique autrement, connectée, ouverte, traversée de réseaux… Le « coopérateur » type, pilier de « L’ Agora » imaginée par les écologistes, c’était lui, tout juste revenu du Mexique avec ses valises traînées sur les chemins de la coopération internationale et de l’économie sociale et solidaire.

Lire la suite »

5 avr 2012
mariellaesvant

Portraits de militants (1/6). « Militer, c’est aussi du bon temps »

C’est sur le marché de Luynes (Indre-et-Loire), un samedi matin, qu’on rencontre Sandrine Rey, militante Ump à la section cantonale de Luynes. Il fait beau, et ça tombe bien. Entre le marchand de saison et le camion du boucher, deux hommes sandwiches font de la retape pour la « France Forte ». Sandrine est là, avec « Lulu », Jacqueline, Jacques et Jacques. Le club des cinq, tracts en main, chanson à la bouche, a l’enthousiasme d’une armée en campagne. Militer, « c’est aussi du bon temps ».


Après quelques couplets, Sandrine quitte la troupe le temps d’un café : pour parler de son « moi politique », « elle est toujours ok. »

Grande blonde, sûrement grande gueule, même si elle l’adoucit le temps de l’interview, elle a « une quinzaine d’années d’engagement » derrière elle. Comme elle en a 42 en tout, on calcule qu’elle a pris sa première carte à 25 ans passés. « Quand j’étais étudiante je ne trouvais rien qui m’attirait », s’excuse-t-elle presque. La passion politique est venue plus tard ». Retour à Fondette après la parenthèse estudiantine, un job dans les ressources humaines à Tours, un mari, trois enfants. Et le besoin de « donner un sens à sa vie ».

Lire la suite »

Pages :1234567»