22 fév 2012
Chloé Bossard

Rétrospective des chansons de campagne

Cette année, les candidats font dans le soft : de l’instrumental, peu de paroles, peu d’idéalisme. Mais les musiques de campagne de leurs précédesseurs à la course présidentielle n’ont pas toujours observé la même retenue.

Elément essentiel de l’attirail communicationnel, la chanson doit marquer l’identité du candidat, au même titre que le slogan, l’affiche, le clip de campagne et le geste de ralliement (poing levé pour Jean-Luc Mélenchon, signe « égal » pour François Hollande). Le secret ? Un air entêtant et des paroles simples. Les électeurs doivent retenir le message.

Depuis quelques semaines, les médias ont déterré l’hymne choisi par Jacques Chirac en 1981, forcément kitsch vu du XIXe siècle. « La France a besoin d’un homme de courage, de résolution. Votons Jacques Chirac, en avant toute la nation », chantent des voix féminines sur un air joué au synthétiseur. Le morceau réalise un beau coup d’éclat, puisqu’il est resté dans bien des esprits trente ans après. A l’issue du premier tour, le candidat du RPR se classe d’ailleurs troisième avec 18% des voix.

 

Pourtant, le grand vainqueur de 1981 est bien François Mitterrand. Entre Abba et Peter & Sloane, sa chanson de campagne utilise elle aussi les standards de l’époque. En somme, seules les paroles ne se sont pas démodées. « On veut que ça change maintenant, Mitterrand président, allons c’est le moment », scandent des voix rythmées. Ce refrain rappelle étrangement  »Le changement c’est maintenant », slogan et hymne de François Hollande.

 

En 2007, on passe à la techno. Ségolène Royal, candidate du Parti socialiste, opte pour l’ambiance boite de nuit bon marché. Basses intensifiées, discours slamé : la candidate s’adresse aux jeunes. « Ségolène tu peux compter sur nous, la victoire sera au rendez-vous », clame le refrain. Bon, on n’a jamais demandé aux militants socialistes de prédire l’avenir.

 

En confiant sa programmation musicale à Nicolas Luciani en 2007, Nicolas Sarkozy disait oui aux guitares électriques et aux rythmes ultra-dynamiques. On est loin de la gravité affichée depuis quelques semaines. Non. Cinq ans en arrière, le candidat de l’UMP était encore ce personnage bling bling et omniprésent qu’il veut aujourd’hui faire oublier. Et sa chanson était à son image. « Sarko ohoh, des lendemains toujours plus beau. Sarko oh oh, c’est tout ce qu’il nous faut »

 

On l’aurait presque oublié. En 2007, DSK était pourtant le grand favori des primaires internes au Parti socialiste. Un an plus tôt, la France perdait la finale de la coupe du monde de football face à l’Italie. Il n’en fallait pas plus aux supporters de Dominique Strauss-Kahn pour reprendre le tube de l’été  »Zidane il va marquer ». En fermant les yeux, on se retrouve sur une plage au soleil, à danser le zouk.  »Strauss-Kahn y va gagner, la gauche elle va passer », répètent les voix afro. Un choix plutôt… léger.

 

2 Comments

  • Bon récapitulatif même si le fameux « Avec Jean-Marie, je n’ai plus de peine » manque à l’appel. Dans le style compositions originales, j’aime beaucoup le groupe Olga Records et ses chansons de campagne décalées.
    http://www.dailymotion.com/olgarecords#video=xphy0v

    Merci pour votre post très intéressant.

    Z.

  • Bonjour,

    Veuillez trouvez en suivant le lien ci-dessous une chanson originale composée pour le candidat François Bayrou :

    http://www.youtube.com/watch?v=pq7rK4TxEsU

    Bonne écoute et merci pour votre diffusion.

    Anne-élie

Leave a comment

*