La sélection de la semaine : Thermae Romae, Anuki, Paloma, Nestor, XIII mystery, Batman Arkham Asylum, Ermite, Assasin’s creed awakening, Harfang, Ameiro paradox, Alexandre l’épopée et La psychanalyse du héros de romangraphie



Anuki-T2-4Pour ce dernier samedi de juin, Case Départ vous présente sa sélection de la semaine. Parmi les albums dans les bacs des libraires, il y a quelques belles bandes dessinées. Le deuxième tome de l’intégrale du merveilleux manga Thermae Romae, la quatrième aventure du petit indien Anuki, le premier tome de la nouvelle série d’espionnage Paloma, un album d’histoires pour enfant : Nestor, Betty Barnowsky : une histoire centrée sur le personnage secondaire de l’univers de XIII, Ermite : un roman graphique d’anticipation, Assassin’s creed Awakening : une déclinaison en manga du célèbre jeu vidéo, une adaptation d’un conte de Grimm : Harfang, Ameiro paradox : un yaoi -histoire d’amour entre deux journalistes, le premier tome de la saga historique Alexandre l’épopée et un hommage aux héros de romans graphiques : La psychanalyse du héros de romangraphie. Bonnes lectures !

Thermae Romae

romae

 

Cet article est désormais disponible sur Comixtrip très précisément ici: Therme Romae, intégrale 2

  • Thermae Romae, intégrale 2 (tomes 3 et 4)
  • Auteur : Mari Yamazaki
  • Editeur: Casterman
  • Prix: 25€
  • Sortie:  25 juin 2014

 

Pour un cheval

anuki

 

Cet article est désormais disponible sur Comixtrip très précisément ici: Anuki, tome 4 : Duel dans la plaine

  • Anuki, tome 4 : Duel dans la plaine
  • Auteurs : Frédéric Maupomé et Stéphane Sénégas
  • Editeur: Editions de La gouttière
  • Prix: 9,70€
  • Sortie:  19 juin 2014

 Paloma, espionne de choc

palomaEntre Emma Peel, OSS117 et Austin Pawers, voilà Paloma, une nouvelle espionne chic et choc, employée par la GIS, dans l’Italie des années 70. Les aventures seventies et décalées de cette héroïne au caractère bien trempée, sont évoquées par Ancestral Z et Mojo et publiées par Ankama.

Italie, 1973. Paloma Crescendo est invitée à la réception de bienvenue pour le nouveau patron de la Global Italian Service (GIS), l’agence d’espionnage italienne. Prenant la succession de Angelo Golfo, resté une trentaine d’années à la tête de l’établissement, Corrado Lauréa, lui-même ancien espion de l’agence, mise sur sa jeunesse pour mener à bien sa nouvelle mission.

La jeune femme est la fille de Alessandra, inventeur de génie et espion. Marchant dans les pas de son père, elle fait preuve de moins de discipline vis-à-vis de la hiérarchie. Son but étant de récupérer toutes les inventions de son papa décédé et de les stocker dans sa luxueuse villa où l’attend son assistante dévouée Ada.

Cinq jours plus tard, elle est missionnée pour aller délivrer Corrado, tombé aux mains de Grotenberg, à la tête de robots destructeurs. Arrivée comme une tornade, elle récupère son patron et repart aussi vite qu’elle était arrivée, non sans avoir mis hors service les malfrats. Si elle avait les faveurs de l’ancien dirigeant de l’agence, car proche de son père, il n’en va pas de même pour le nouveau qui ne lui confie que des missions sans intérêts.

A Antioche, en Turquie, elle doit récupérer des volumens écrits par Hypatie d’Alexandrie, une philosophe et mathématicienne romaine. Elle fait équipe avec le professeur Shnolok, responsable des fouilles de la maison de la sœur de l’écrivaine où seraient cachés les parchemins…

Paloma_1

Le scénario et le dessin à quatre mains de Ancestral Z et Mojo est mené tambour-battant de part la vivacité intellectuelle et physique de leur héroïne. Les combats, l’action et les missions s’enchaînent à un train d’enfer, cela permet d’accrocher le lecteur et de l’emmener aux quatre coins du monde. L’album se concentrant sur Paloma, espionne féminine et féministe, n’ayant pas froid aux yeux, combattant avec la manière et mettant hors d’état de nuire tous les méchants qu’elle croise. Cet alter ego féminin de James Bond possède, de plus, un caractère fort et indiscipliné : elle n’aime guère ses supérieurs et déteste qu’on l’envoie dans des missions sans grand intérêt; ce qu’elle souhaite, ce sont des affaires de la plus grande importance. Elle voue une grande admiration à son père, inventeur génial comme peut l’être Q dans les romans de Ian Flemming. Teinté d’un très bel humour, le récit seventies et très décalé du duo d’auteurs est bien mené malgré une ressort plutôt classique. L’histoire sert admirablement le dessin. La partie graphique est le gros point fort de la série : seventies et psychédélique, il mêle les courbes aux traits anguleux des personnages. Les planches où l’on peut admirer les engins et véhicules sont magnifiques et les couleurs pétillantes rendent parfaitement l’ambiance des années 70. Le découpage permet une grande lisibilité , notamment avec de grandes cases aérées (2 à 5 vignettes maximum) ; le tout agrémenté de fausses couvertures très belles, parsemées çà et là. A noter, un sublime trailer (à voir ci-dessous) qui ouvre des portes à une série animée ou un film d’animation tant l’univers riche de la série pourrait le permettre.

Paloma, espionne avant tout : une série d’aventure et d’espionnage grand public portée par une héroïne singulière et servie par un excellent dessin. Un très bon début !

  • Paloma, tome 1 : Espionne avant tout
  • Auteurs : Ancestral Z et Mojo
  • Editeur: Anakama
  • Prix: 11,90€
  • Sortie:  27 juin 2014

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Les activités de Nestor

nestorNestor s’ennuie les mercredis. Il aimerait trouver une activité pour s’occuper, mais voilà, aucune ne lui va. Maudits mercredis est le premier tome de la nouvelle série pour enfants parue chez Didier Jeunesse, scénarisée par Séverine Vidal et mise en image par Marc Lizano.

Nestor est un petit garçon qui vit avec ses parents et sa petite sœur dans un petit pavillon. Mais il s’ennuie ferme lorsqu’arrivent les mercredis. Il a décidé d’arrêter d’aller au centre de loisirs. La pâte à modeler : il est très mauvais. La peinture sur soie et la sculpture : la même chose. Il n’est pas fait pour les activités de bricolage ; même si sa maman l’encourage en ce sens. Lui ce qu’il aime ce sont les canulars au téléphone ou manger les restes du frigo. Son père lui laisse un semaine pour trouver une activité à laquelle il s’attellera.

– Rugby. Nestor est heureux : il va jouer au rugby avec Elliott, son ami. Des règles mieux qu’au foot, des compétitions, un ballon ovale et des tenues sympa. Tout lui plaît…

– Théâtre. Nestor est heureux : il va jouer au théâtre aux côtés de Léonie, sa petite amoureuse. Il se rêve en chevalier pour lui donner la réplique dans la pièce de l’école…

– Pêche. Nestor est heureux : il part à la pêche avec son papa. Chaussé de ses bottes en caoutchouc, direction l’étang…

– Dessin. Nestor est heureux : il va prendre des cours de dessins. Armé de sa palette, il pense qu’il va dessiner des corps nus de femme…

– Equitation. Nestor est heureux : il prend des cours d’équitation. Chapeau de cow-boy vissé sur la tête, il doit préparer le poney avant de le monter…

– Musique. Nestor est heureux : il monte un groupe de musique. Devant son micro, il commence à chanter…

Véritable casse-tête pour les parents : occuper les enfants le mercredi après-midi ! C’est le propos de Nestor, ce petit album sympathique et agréable. Les mini-récits de Séverine Vidal sont bien écrits et très amusants. Pour chacun d’eux, la dernière case donne la touche finale et fait mouche à chaque fois. Les jeunes lecteurs apprécieront cet humour très subtil basé sur le scénario comme sur le dessin. Les histoires de l’auteure, ancienne professeure des écoles sont toujours des échecs pour le pauvre Nestor. Dans un premier temps, enthousiaste pour sa nouvelle activité et dans un second temps, déçu. Les thématiques sont bien pensées et ce nouveau héros permet d’entrevoir de belles aventures futures. Le dessin tout en rondeur du talentueux Marc Lizano restitue parfaitement l’ambiance chaleureuse et rigolote des histoires. L’auteur du merveilleux album La petite famille, agrémente ses planches de grandes cases lisibles et de couleurs chaudes.

Nestor : un très bon début pour cette nouvelle série jeunesse, amusante et chaleureuse, pour les enfants à partir de 5 ans.

  • Nestor, tome 1 : Maudits mercredis
  • Auteurs : Séverine Vidal et Marc Lizano
  • Editeur: Didier Jeunesse
  • Prix: 9,90€
  • Sortie:  02 juin 2014

Qui est Betty Barnowsky ?

XIIIBetty Barnoswky est le septième album de la collection XIII mystery et le deuxième dont Case Départ vous parle, (Colonel Amos de Alcante et Boucq). Joël Callède et Sylvain Vallée créent l’événement en dévoilant un pan méconnu de la vie de la jolie rousse qui accompagne XIII dans ses aventures, juste après Rouge Total jusqu’à son mariage avec Armand de Préseau. Mais que sait-on réellement d’elle ?

Quatrième d’une fratrie de sept enfants, elle grandit dans le Middle West des Etats-Unis. Après des études médiocres, sa vie se fourvoie entre joint dès 11 onze ans, deux avortements (à 16 et 18 ans) et la tentation de la drogue. L’année suivante, elle s’engage dans l’armée et part pour le front en Asie. Faisant partie des SPADS, elle rencontre le capitaine Ross Tanner (alias XIII) sur le camp d’entraînement de San Miguel. Juste avant les opérations de Rouge Total, elle tombe amoureuse du marquis Armand de Préseau.

Maison Blanche. Betty a tous les honneurs. Elle reçoit la Medal of Honnor des mains du Président des Etats-Unis qui lui doit la vie, lors d’une grande réception. Alors qu’elle pensait pouvoir profiter d’une permission pour se reposer, le général Carrington lui intime l’ordre de partir pour San Miguel. Là-bas, le camp des SPADS qu’elle connaît très bien, connaît quelques soubresauts à cause de Mac Call et de ses sbires.

Deux jours avant son départ, elle passe du bon temps dans un village vacances militaire où elle est rejointe par Abigail, sa sœur, qui vient lui annoncer une grande nouvelle : elle va se marier avec Brad. Lors de la conversation, Betty lui parle de son début d’idylle avec Armand, un français. Mais elle est prise d’un vertige et conduite dans la clinique militaire pour subir des examens. Le verdict est sans appel, elle est enceinte. Après un rapide calcul, elle se rend compte que son enfant n’est pas du marquis mais de XIII…

Bien au-delà de la collection XIII Mystery, le récit de Joël Callède est fidèle à la série-mère mais apporte son lot de nouveautés et de suspens. Mêlant habillement action, amour, psychologie des personnages, le tout teinté de réelle émotion. Oui, dans XIII, il peut y avoir de l’émotion. Le scénariste d’Enchaînés réussit ce pari et c’est diablement efficace. Celle dont Vance avait donné les traits de Shirley McLane, se révélera autre chose qu’une femme militaire. Il souhaitait qu’elle « [soit] touchante, sans être caricaturale » et voulait « creuser son côté paumé et [d’] apporter une touche de féminité à l’univers de XIII ». D’ailleurs, Sylvain Vallée abonde dans son sens : « C’est le principe de XIII Mystery : il faut apporter quelques chose de nouveau. Nous avons travaillé sur les sentiments des personnages : il ne s’agit pas d’une histoire sentimentale pour autant ! ». Le dessinateur rend de nouveau une excellente copie. Le trait réaliste de l’auteur de la sublime saga Il était une fois en France, permet de mettre magnifiquement en valeur les personnages grâce à des gros plans. Leurs expressions sont bien restituées et les scènes d’action en fin d’album, dans la jungle, sont très maîtrisées.

Betty Barnowsky : un excellent album qui permet de connaître mieux ce personnage secondaire de l’univers de XIII. Une vraie réussite !

  • XIII Mystery : Betty Barnowsky
  • Auteurs : Joël Callède et Sylvain Vallée, d’après les personnages de Jean Van Hamme et William Vance
  • Editeur: Dargaud
  • Prix: 11,99€
  • Sortie:  13 juin 2014

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Batman chez les fous

batmanArkham Asylum est un récit de Grant Morrisson, mis en image par Dave McKeane, publié par Urban Comics. Cette histoire éditée dans les années 80 par DC comics met en scène Batman forcé par une émeute de se rendre à Arkham, l’asile de fous de Gotham City où il va faire la connaissance des êtres les plus ignobles et retrouver ainsi son meilleur ennemi Le Joker. Une mise en abîme du Chevalier Noir dans un sublime album d’une grande noirceur.

Gotham City, bureau du commissaire. Batman est convoqué en urgence par le commissaire Gordon : une émeute a éclaté à Arkham, l’asile de la cité. Le policier indique que les patients ont exigé la venue du Chevalier noir pour négocier. Forcé par la menace du Joker sur Pearl, la jeune cuisinière, il se rend sur les lieux.

Arrivé sur place, le malfrat grimé relâche la pauvre femme et invite Batman à entrer. A l’intérieur, il fait la connaissance de Ruth, la psychothérapeute de l’asile. Elle lui brosse le portrait psychologique du Joker, un être qui ne pourra jamais s’adapter à la vie urbaine et sociale, qu’il n’a pas de personnalité propre, passant du gentil clown au tueur sanguinaire, au gré de ses humeurs.

Les patients d’Arkham ont fait prisonnier les employés de l’établissement, enfermés dans une pièce tenue à l’écart. Batman a une heure pour les retrouver sinon ils seront exécutés. En attendant, le Joker commence à divaguer et propose même au Chevalier noir de faire le test de Rorschach, celui des tâches d’encres. Mais, le super-héros n’a pas que cela à faire : il doit délivrer les prisonniers. Au fur et à mesure de sa progression, il fait la connaissance des autres patients et des criminels. Plus il avance, plus la folie le gagne…

Cette réédition de 2010 est magistrale à tout point de vue : scénaristiquement et visuellement. D’ailleurs le public a décelé ce chef-d’œuvre en le plébiscitant (100 000 exemplaires vendus de la première édition aux Etats-Unis). Le récit de Grant Morrisson, au sommet de son art, est intelligent, jouant à fond la carte de la dualité entre Batman et le Joker : l’attirance de ce dernier pour le Chevalier noir mais aussi la fragilité psychologique du super-héros. Ses doutes et ses tourments sont magnifiquement dépeints, ainsi que le processus de la folie qui le gagne. Les deux personnages se cherchent, jouent avec les sentiments de chacun et essaient de s’éliminer mutuellement. La tension dramatique est à son comble, faisant passer l’atmosphère de la peur à la terreur. L’ambiance du huis-clos dans cet asile de fous où les criminels sont légion, est très palpable par le lecteur. On ressent presque la folie et la peur à chaque page. Le dessin de Dave McKeane sert admirablement le scénario. D’une très grande force graphique, l’auteur utilise à merveille différentes techniques : grattage, collage, peinture, photos, craies ou encres… Les cadrages originaux déstructurent les planches comme ce qui pourrait se passer dans la tête des personnages emplis de folie. L’ensemble est brillant, magnifique et talentueux.

A noter que le script original de Grant Morrisson est accolé à l’album, agrémenté de planches et de recherches graphiques commenté par le scénariste.

Batman Arkham Asylum : un album référence dans l’univers du super-héros, un chef-d’œuvre !

  • Batman, Arkham Asylum
  • Auteurs : Gran Morrisson et Dave McKeane
  • Editeur: Urban Comics, collection DC Deluxe
  • Prix: 19€
  • Sortie:  13 juin 2014

Rencontre(s)

ermiteErmite est un très bon roman graphique de Marijpol. Cette fable d’anticipation est publiée par la maison d’édition suisse Atrabile.

Un vieil ermite vit retiré au fin fond de la forêt, loin de la folie d’une société vieillissante. Dans cet univers, tout le monde est vieux ; les enfants étant devenus de vraies curiosités, comme ce jeune garçon à l’allure étrange que l’on véhicule dans une char blindé escorté par deux militaires.

Antipathique au premier abord, l’homme fait peur par son aspect repoussant : son crâne est divisé en deux, retenu par une ceinture, mais aussi par son caractère fort : il dit toujours ce qu’il pense. Pourtant depuis qu’il est tout petit, il a du mal à prendre des décisions, étant toujours tiraillé entre ses deux hémisphères de cerveau.

Dans sa cabane construite en hauteur dans un arbre, il est relié au monde extérieur grâce à une machine dans laquelle son patron lui donne ses instructions. Il travaille pour Ensemble Belle mort, une entreprise de pompes funèbres, sorte d’agence pour son ultime voyage. Lorsqu’une personne décide d’en finir avec la vie, il est là pour authentifier de leur dernière volonté.

Les Albrecht, un couple très romantique décide de franchir le pas et de mourir. Pour leur grand voyage final, l’ermite scrute, bien caché, la vieille femme et le vieil homme. Après un rite funéraire, il ne leur reste plus que la tête et c’est à ce moment là que l’homme au crâne fendu intervient pour questionner une dernière fois sur leur envie d’en finir.

L’ermite va ensuite faire la connaissance du petit garçon vu dans la grande cité. Fuyant ses tuteurs, il va bouleverser le quotidien du vieil homme…

Le récit de Marijpol est construit comme un conte d’anticipation, un fable douceâtre qui donne à réfléchir au lecteur : Quelle place pour les personnes âgées dans nos sociétés occidentales ? Comment aborder la mort, le suicide ? Mais aussi les mutations génétiques, les enfants et la filiation, le culte immodéré de l’enfant-roi, ainsi que la dualité et les questionnements des êtres humains. Ce roman graphique est donc très riche en symboles et donc extrêmement profond. Le trait en noir et blanc de l’auteure de La roche au tambour (Atrabile, 2013) peut d’emblée s’avérer déstabilisant mais est très maîtrisé, mettant en scène des planches très aérées où les dialogues, rares, sont indiquées en dehors des vignettes.

  • Ermite
  • Auteur : Marijpol
  • Editeur: Atrabile
  • Prix: 23€
  • Sortie:  19 juin 2014

Batailles navales

assassinsAssassin’s creed Awakening est l’adaptation du jeu vidéo de Ubisoft, Assassin’s creed IV Black flag. Cette aventure inédite est publiée chez Ki Oon et signée Takashi Yano et Kenzi Oiwa.

Assassin’s Creed est un manga qui met en scène le conflit séculaire entre Les templiers et Les assassins et qui se poursuit encore de nos jours sous le joug de la société Abstergo. Les deux camps essaient de retrouver chacune de leur côté, des reliques d’une ancienne civilisation et parfois s’affrontent entre elles pour les récupérer. Tandis que Les assassins souhaitent les cacher et ainsi permettre aux Hommes de vivre librement, Les templiers, eux, veulent contraindre les Hommes et ainsi vivre en paix. Mais les fameux objets se sont perdus au fil des siècles ; seul l’Animus, une machine peut faire vivre la vie des ancêtres et ainsi de repérer les reliques.

Bureau de l’Abstergo. Masato Yagyû se synchronise dans la peau de Edward Kenway, grâce à l’Animus et se retrouve ainsi en 1715 dans la mer des Caraïbes. Edward est le capitaine d’un bateau pirate en prise avec un autre navire. Après une bataille homérique, a coup de boulets de canon et après un abordage sanglant, le chef se retrouve à l’eau. Se réveillant sur la plage, seul, au milieu des débris, il découvre un homme allongé sur le sable. Il le tue et récupère alors une lettre cachetée du sceau des Templiers.

Masato revient à lui, pensant qu’il a testé un jeu vidéo hyper-réaliste. En fait, le jeune japonais n’a qu’un seul but : retrouver sa mère qui l’a abandonné et qui travaille pour les Templiers. Il va continuer ses expériences de transfert dans le corps de Kenway mais tout ne se déroulera pas facilement.

Agréable à lire, le récit de Takashi Yano dynamite le monde d’Assassin’s creed, à la mode japonaise. Le lecteur est plongé directement dans le feu de l’action dès la première page avec une longue scène de piraterie, digne des films sur cette thématique. Les rebondissements nombreux permettent de tenir le lecteur en haleine. Néanmoins le novice concernant le jeu vidéo aura du mal à comprendre l’intrigue et l’univers si riche de la licence d’Ubisoft. Le trait vif et nerveux de Kenzi Oiwa rythme admirablement l’histoire et semble très à l’aise dans les batailles navales mais aussi les scènes de combats. Prévu en deux tomes au Japon, le second titre sortira prochainement chez Ki Oon.

  • Assassin’s creed awakening, volume 1
  • Auteurs : Takashi Yano et Kenzi Oiwa
  • Editeur: Ki oon
  • Prix: 7,90€
  • Sortie:  12 juin 2014

Dans les griffes de la sorcière

harfang-delcourtHarfang est tout d’abord un webcomics publié sur internet par Aurore. Diffusé en noir et blanc, à raison d’une page par semaine, il est édité dans une version papier par Delcourt, sur le même principe que Romain & Augustin un mariage pour tous. Adaptation libre du conte de Grimm Jorinde et Jorringel, il est transposé dans un univers fantasy aux influences asiatiques.

Lynette, belle jeune femme, passe ses journées à travailler sur une parure de bijoux pour la future mariée Arina, la princesse de la région. Lorsqu’elle a un peu de temps libre, elle s’affaire à la broderie de sa robe ; elle qui se marie dans quelques mois avec Bran, qui aide son père dans son atelier de marqueterie. Pour meubler leur future maison, il a fabriqué seul, le lit conjugal.

Le lendemain, les tourtereaux décident d’aller pique-niquer dans la nature. Alors qu’ils viennent d’apprendre que leur mariage sera repoussé, ils font fortune bon cœur parce que le jeune homme devra passer une grande partie de l’été sur les routes avec son père pour vendre les objets fabriqués pendant l’hiver. Loin l’un de l’autre, ils devront attendre de se revoir.

Alors que Bran se rapproche de Lynette, elle décide d’aller prendre un bain glacé sous la cascade toute proche, afin de calmer ses ardeurs. Surpris par la pluie, ils se réfugient dans une grotte et ne pourront pas être présents à la Fête des lanternes, une cérémonie importante pour la cité, le soir même. Intriguée par une couleur bleue au fond de la cavité, le jeune femme se dirige vers une immense salle souterraine et découvre de belles pierres précieuses. Mais le couple se perd et ne ressort pas par l’entrée principale de la grotte.

Dans la forêt voisine, ils sont surpris par une terrible sorcière qui transforme Lynette en oiseau et qui l’enferme dans une cage. Laissant Bran libre , ce dernier jure qu’il reviendra sauver sa bienaimée et qu’il tuera l’oiseleuse.

Teinté de fantasy et de manga, le récit de Aurore s’appuie sur un conte méconnu des frères Grimm : Jorinde et Jorringel (reproduit en version texte à la fin de l’album). Pour faire évoluer son intrigue, elle transpose l’histoire dans un pays de l’Asie ancestrale. Très classique dans son approche et dans sa narration, la dessinatrice de Lady Liberty réussit à captiver le lecteur en distillant par petite touche un univers bien à elle, fait d’amour, de tragédie, d’aventures et d’humour. Cet album rappellera le monde de Bride stories, un manga à succès de Kaoru Mori, par la beauté de certaines planches où les décors et les vêtements sont sublimes et richement travaillés. Le gros bémol vient d’un style pro-manga kawaii (les personnages devenant tout petit avec une grosse tête et arborant des expressions débridées) dans certaines pages, qui nuisent à la clarté du discours. La jeune dessinatrice en devenir n’avait absolument pas besoin d’un tel artifice pour nous charmer puisque sans cela, ses planches sont magnifiques. Un très beau dossier est adossé à la fin de l’album qui comporte des mini-récits, des recherches ou des illustrations inédites. Le cœur de cible : les jeunes adolescentes.

Harfang : une histoire au graphisme magnifique mais au scénario classique pour un résultat plein de charme.

  • Harfang
  • Auteur : Aurore
  • Editeur: Delcourt
  • Prix: 16,95€
  • Sortie:  04 juin 2014

Ameiro paradox

(pour un public averti)

.AmeiroParadox-jaq208_mLa semaine dernière Case Départ présentait Un amour de cuisinier des éditions Taïfu. Isaku Natsume publie chez le même éditeur, le premier volume de Ameiro Paradox, un manga yaoi où deux journalistes rivaux vont petit à petit tomber amoureux.

Onoe, journaliste talentueux, intègre le service des exclusivités d’un quotidien japonais. Alors que le jeune homme avait publié des articles dans le domaine politique qui avaient fait éclater de véritables scandales (un ministre des finances qui a trempé dans une affaire et qui a du démissionné), il doit changer de costume pour traquer des scoops sur le people. Pour cela, il doit faire équipe avec Kaburagi, un paparazzi très connu.

La première mission du nouveau duo tourne vite en un véritable échec et le jeune journaliste dépité se rend chez Masa pour boire et oublier. Non seulement la première collaboration est un fiasco mais Kabu sort avec Sakurai, son ex. Mais dans le bar-restaurant, il tombe de nouveau sur son rival, harcelé par deux femmes.

Lui faisant le reproche d’user de son charme alors qu’il est en couple avec son ancienne petite amie, le photographe lui explique que ces deux femmes sont employées par Yanagi Contructions, une boîte soupçonnée de fraude et qu’il leur parle pour avoir des informations sur l’entreprise. Il lui apprend par la même occasion qu’il n’aime pas Sakurai et qu’il ne la connaît, elle aussi, que pour approcher les dirigeants de Yanagi.

Excédé par le comportement de Kabu, Onoe demande à son chef de le changer de services pour ne plus travailler avec lui. Pourtant son patron n’accède pas à sa faveur. Se met alors en place, une étrange relation entre eux, entre haine et attirance…

Ciblé pour les jeunes filles, ce yaoi est idéal pour elles. En effet, le récit d’un amour naissant entre les deux hommes est amusant. Basé sur un antagonisme qui apporte beaucoup d’humour, l’histoire se déroule sur un faux rythme, entre l’installation lente de leur amour et les missions journalistiques des deux hommes. Pourtant la toile de fond (les affaires politico-financières) est elle aussi très intéressante, mêlant les politiciens, les yakuza (mafia) et les hommes d’affaires. Le trait élégant de Isaku Natsume est d’une grande lisibilité, notamment les visages barrés de large sourire de ses personnages. Ameiro paradox est une série en deux volumes, dont le second tome est déjà publié chez Taïfu.

  • Ameiro paradox, volume 1
  • Auteur : Isaku Natsume
  • Editeur: Taïfu
  • Prix: 8,99€
  • Sortie:  22 mai 2014

 

Et pour quelques pages de plus…

Pour compléter notre sélection de la semaine, Case Départ vous conseille aussi les albums suivants :

Alexandre l’épopée,

tome 1 : Un roi vient de mourir…

alexandreLes éditions Glénat publient le premier tome de la nouvelle saga historique Alexandre l’épopée, intitulé Un roi vient de mourir…, scénarisée par David Chauvel et Michael Le Galli, mise en image par Gildas Java.

Alors que le roi Philippe II de Macédoine vient de mourir, le jeune prince Alexandre s’apprête à lui succéder. Les vétérans Karanos et Méléagre, deux amis de longue date, assistent de loin au couronnement. Méléagre a pour charge de veiller sur Pyrrhus et Eurydice, les héritiers d’un héros de la bataille de Chéronée qui, bien qu’ils aient perdu leurs titres de noblesse, semblent avoir les faveurs d’Alexandre. Sans compter que de nombreux autres individus gravitent dans l’entourage du nouveau souverain : sa mère Olympias, son précepteur Aristote et son médecin Philippe…

Il n’est pas aisé de vouloir raconter la vie d’Alexandre le Grand pourtant David Chauvel et Michael Le Galli s’en sont assez bien sortis concernant le récit. Malgré un nombre important de notes renvoyant vers un lexique imposant qui pourra perdre le lecteur au début de l’histoire, tout cela se règle dans la seconde partie de l’album qui prend une tournure plus fluide, mettant en scène des assassinats, des jeux d’alliance divers, des manipulations et des stratégies guerrières. La biographie basée sur des faits historiques, est assez efficace et permet de prendre du plaisir après une première partie poussive. En effet rien ne nous est épargné : combats sanglants et complots pour le pouvoir. Le dessin de Gildas Java est relativement efficace malgré des scènes parfois un peu figées et un peu froides. Pour se rendre réellement compte de son dessin prometteur, il vaut mieux observer le cahier graphique en fin d’album. On espère que ce péplum bien documenté et passionnant prendra son véritable envol dans le deuxième volume.

  • Alexandre l’épopée, tome 1 : Un roi vient de mourir…
  • Auteurs : David Chauvel, Michael Le Galli et Gildas Java
  • Editeur: Glénat
  • Prix: 14,95€
  • Sortie:  21 mai 2014

La psychanalyse

du héros de romangraphie

psychanalyseLa psychanalyse du héros de romangraphie est un excellent pastiche-hommage, signé Elric et Wandrille, qui part une illustration pleine page met des héros de bande dessinée en situation chez leur psychanalyste. Tendre et irrévérencieux !

Le Roman Graphique est à la bande dessinée ce que le bal des débutantes est à la fête à Neuneu. La crème, la quintessence de l’art séquentiel. Car écrire un roman graphique, c’est autre chose que de dessiner des miquets, c’est créer une œuvre pour l’éternité, avoir son nom au firmament de l’international des auteurs. Les héros du Roman Graphique sont d’ailleurs en général les auteurs, vu que, souvent, leur ouvrage est autobiographique. Le Roman Graphique, c’est la grosse grosse pression, alors, forcément, certains consultent et on les comprend. Corto raconte ses rêves psychédéliques, la souris de Maus tente d’exorciser l’extermination de son peuple par les chats avec une histoire sur l’holocauste, Chester Brown regimbe sur le prix de la séance rapporté au prix de la passe…

maus

Puisque les héros des romans graphiques sont des personnages hors-du-commun, ils ont besoin d’une aide psychologique par des séances chez un analyste, afin de soulager leur conscience. Leur destin hors-norme les font divaguer pour le plus grand bonheur de leur psy. Des questions fondamentales sont livrées sur leur canapé. Les caractéristiques de ces personnages sont bien cernées mais il faut néanmoins une bonne dose de références pour comprendre tous les dessins. Graphiquement, Elric réussit parfaitement à se fondre dans les dessins des autres.

  • La psychanalyse du héros de romangraphie
  • Auteur : Wandrille et Elric
  • Editeur: Vraoum
  • Prix: 5€
  • Sortie:  07 mai 2014

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Cette entrée a été publiée dans Aventure, Comics, Dans les bacs, Fantastique, Histoire, Humour, Jeunesse, Manga, Roman graphique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La sélection de la semaine : Thermae Romae, Anuki, Paloma, Nestor, XIII mystery, Batman Arkham Asylum, Ermite, Assasin’s creed awakening, Harfang, Ameiro paradox, Alexandre l’épopée et La psychanalyse du héros de romangraphie

  1. Ping : La sélection de la semaine : Sardine de l’espace, Les patients d’Arkham, Zelphy et Banana games | Case Départ

  2. Ping : La sélection de la semaine : Erased, L’insurrection, Paci, Lonely Betty, 14-18, Serpents et échelles, Isabellae, Joueur du grenier, L’ombre des Shinobis, Le verre à moitié vide, Pouss’ de Bamboo et Ameiro Paradox | Case Départ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>