Jean-Pierre Talbot, le vrai Tintin au cinema



Jean-Pierre Talbot, 68 ans aujourd’hui, est le seul à avoir incarné Tintin au cinéma. Interview.

Jean-Pierre Talbot est le seul à avoir interprêté Tintin au cinéma. (Photo DR)

Jean-Pierre Talbot, avec la sortie du film Les aventures de Tintin : le secret de la Licorne, vous devez être sollicité.

Je sors d’une quinzaine incroyablement mouvementée, c’est dingue de constater à quel point les gens sont encore remplis d’admiration et d’amitié à mon égard. J’en vois qui me disent « ah, Monsieur Talbot, Monsieur Tintin, vous m’avez fait rêver ». C’est émouvant. C’est comme cela depuis toujours. Je reçois encore entre 10 et 12 lettres par mois de ce style. Mais c’est vrai qu’avec le film de Spielberg, le contexte est différent. J’ai été surpris de l’engouement et de l’enthousiasme.

“ Mes petits-enfants m’ont appelé papy Tintin ”

Image de prévisualisation YouTube

Vous avez incarné Tintin en 1961 (*), quels souvenirs en gardez-vous ?

Le tournage était comme un match de foot, une aventure, on s’est bien amusé. Déjà, c’était très agréable de voir comment un film se construit techniquement. La seule chose embêtante était l’attente entre deux prises. Mais ce n’était pas la mine. Milou était correct il ne nous a pas fait recommencer trop de scènes. Mes collègues de tournage étaient de grands messieurs et c’était facile d’évoluer au milieu d’eux. Malgré tout, je dois bien constater que de tous, c’était encore moi, malgré ma jeunesse, qui connaissait le mieux Tintin. Mon avis faisait autorité auprès du metteur en scène pour modifier certaines feuilles de route.

Image de prévisualisation YouTube

Saviez-vous que vous aviez une ressemblance avec Tintin ?

Jamais. On ne me l’avait jamais dit. Pas une fois. En fait, Tintin est un personnage extrêmement simple de visage. C’est simplement un ovale qui se poursuit sur la mèche. Ce visage n’existe pas, j’étais une adaptation plausible de ce visage. Au-delà de la ressemblance, j’ai aussi été choisi pour mes qualités athlétiques et j’étais plutôt à l’aise devant la caméra. Même si la critique snobinarde et intellectuelle a trouvé cela « bof », le grand public a été enthousiaste. Surtout je n’ai pas essayé d’incarner Tintin au cinéma, j’ai fait comme si l’aventure m’arrivait à moi Jean-Pierre, et cela correspondait.

http://www.dailymotion.com/video/x161it

Comment s’est passée la rencontre avec Hergé ?

C’était moi, c’était signé, je devais jouer. Je m’attendais à être critiqué. Par les adultes cela m’aurait été égal mais je ne voulais pas décevoir les enfants. La première fois, que j’ai vu Hergé, j’étais anxieux de son verdict. Si celui-ci était mitigé, je savais que j’allais décevoir les enfants. Cela a duré quelques secondes mais pour moi une éternité. Hergé a incliné la tête, il a posé la main sur mon épaule et il a dit au producteur : « Ah oui, c’est bien lui ». Mon cœur a bondi de joie. Pour lui, j’étais le Tintin qui sortait de la case pour devenir chair et os. Le lendemain, j’étais déguisé en Tintin pour des photos, les gens découvraient ce Tintin, ils voulaient des autographes. J’ai signé Jean-Pierre Talbot mais les gens voulaient la signature de Tintin. Hergé a de nouveau incliné la tête, mis la main sur épaule, et m’a autorisé à signer Tintin. Depuis je signe toujours : « Tintin et Jean-Pierre Talbot », jamais Tintin tout seul par respect pour Hergé et le personnage.

Jean-Pierre Talbot, à jamais le Tintin du cinéma. (Photo DR)

Quel est aujourd’hui votre rapport avec Tintin ?

Je suis moi, c’est tout. J’ai incarné Tintin. Comme dans un couple, l’un fait pression sur l’autre pour s’améliorer. Dans ma vie, du fait que j’incarnais Tintin, j’étais obligé de bien me conduire.

Auriez-vous pu jouer d’autres rôles au cinéma ?

Je pense aujourd’hui que oui. Autour de moi, j’ai vu des grands acteurs courir après les contrats, je ne voulais pas de cela. J’étais moniteur de sport et je voulais faire de la pédagogie. Je suis devenu instituteur puis directeur d’école. Une vie bien remplie, ensoleillée par le monde de Tintin. Et ça fait 52 ans que cela dure. Dans une petite ville comme Spa, mes élèves savaient qui j’étais mais ils n’y prêtaient plus attention. Par contre, de retour de vacances, ils avaient toujours des photos à faire dédicacer pour leur famille ou leurs amis. Quand j’étais directeur mes petits-enfants sont venus et m’ont appelé papy Tintin. Un nom qu’ont repris les enfants de maternelle. Je trouvais cela mignon. Puis en primaire, cela devenait M. Talbot.

(*) Jean-Pierre Talbot a joué dans deux films : Tintin et le Mystère de la Toison d’or (1961) et Tintin et les Oranges bleues (1964).

Image de prévisualisation YouTube

en savoir plus
Tintin et le mystère de la Toison d’or (1962, réalisation Jean-Jacques Vierne avec Jean-pierre Talbot, Charles Vanel, Georges Wilson, Dario Moreno). Soirée coproposée par Bulles d’encre et Tap cinéma, en partenariat avec 9e Art en Vienne samedi 26 novembre à 18 h, au Tap Cinéma (ancien théâtre) à Poitiers, 5 euros tarif unique. En présence de Jean-Pierre Talbot et Philippe Lombard, auteur du récent « Tintin, Hergé et le cinéma ». Séance de dédicace.

> Aller plus loin avec cette vidéo retraçant l’histoire de Tintin et le cinéma.

Image de prévisualisation YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Cette entrée a été publiée dans Actualités, Grands classiques, Interviews, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Jean-Pierre Talbot, le vrai Tintin au cinema

  1. Ping : Papy Tintin au pays des Poitevins | Case Départ

  2. Ping : La voiturette d’Abdallah vendue aux enchères près de Moulinsart | Case Départ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>