La sélection de la semaine : Wonderland, C’est pas toi le monde, Rose Profond, Killing Joke, Hans, Your lie in april, Astrid Bromure, Martin Bonheur, Anthroporama, L’odyssée du microscope, Sword Art Online Fairy Dance, La grande guerre de Charlie, La collection Dreamworks, Maëster… et boules de gomme et Miss 130



c'est pas toi le monde (3)

C’est pas toi le monde, de Raphaël Geffray (Futuropolis)

Pour ce troisième samedi du mois d’avirl, Case Départ vous propose sa belle sélection de la semaine. En vous ouvrant sa bibliothèque, le blog met en lumière de très bonnes bandes dessinées. Nous passons au crible, les albums suivants : une merveilleuse autobiographie du talentueux auteur Tom Tirabosco : Wonderland, C’est pas toi le monde : un roman graphique sur la thématique de l’exclusion à l’école, la réédition de l’album Rose Profond de Dionnet et Pirus, Killing Joke : une nouvelle version en noir et blanc du graphic novel de Moore et Bolland, un album humoristique muet Hans, les deux premiers volumes de Your lie in april, le premier tome de la nouvelle série jeunesse Astrid Bromure, Martin Bonheur : une belle romance moderne publiée par Grand Angle, le recueil de Diego Aranega : Anthroporama, L’odyssée du microscopique ou comment être dans un état de bonheur permanent, les deux derniers volets du manga Sword Art Online fairy dance, le huitième volume de la magnifique série La grande guerre de Charlie, les versions bande dessinée de Dragons et les Pingouins de Madagascar des studios Dreamworks, la réédition enrichie de Maëster… et boules de gomme et Miss 130 : un album pour adultes. Bonnes lectures

Wonderland

wonderland (1)Les éditions Atrabile dévoilent la merveilleuse autobiographie de Tom Tirabosco, Wonderland. Retour sur l’enfance du talentueux auteur entre humour, handicap, éveil à l’illustration, la Suisse et des parents aimants.

Pour terminer cette chronique sur Comixtrip, cliquez ici.

 

 

  • Auteur : Tom Tirabosco
  • Editeur : Atrabile
  • Prix : 22€
  • Sortie : 13 avril 2015

C’est pas toi le monde

c'est pas toi le monde (1)

Raphaël Geffray frappe fort pour son premier album ! Edité par Futuropolis, C’est pas toi le monde raconte la vie délicate d’un cancre.

Pour terminer de lire cette chronique, cliquez ici.

 

 

 

  • C’est pas toi le monde
  • Auteur : Raphaël Geffray
  • Editeur : Futuropolis
  • Prix : 26€
  • Sortie : 02 avril 2015

 Rose profond

9782203091795Publié une première fois en 1989 par Albin Michel, Rose profond, la petite pépite de Jean-Pierre Dionnet et Michel Pirus est réédité par Casterman. Comment Malcolm, le rat que tout le monde apprécie, se retrouve banni après la fête de son cinquantième anniversaire un peu trop arrosée. A lire !

Pour terminer la lecture de cette chronique sur Comixtrip, cliquez ici.

 

  • Rose profond
  • Scénariste : Jean-Pierre Dionnet
  • Auteur : Michel Pirus
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 25€
  • Sortie : 01 avril 2015

Killing joke

killing joke (1)Associé à Brian Bolland, Alan Moore proposait en 1988 Killing Joke, une rencontre explosive entre le Joker et Batman. Les éditions Urban Comics rééditent ce merveilleux album du plus grand scénariste de comics américains.
Résumé de l’éditeur :
Le Joker s’est à nouveau échappé de l’asile d’Arkham. Il a cette fois pour objectif de prouver la capacité de n’importe quel être humain de sombrer dans la folie après un traumatisme. Pour sa démonstration, il capture le commissaire GORDON et le soumet aux pires tortures que l’on puisse imaginer, à commencer par s’attaquer à sa chère fille, Barbara Gordon.

killing joke (2)Arkham Asylum, l’asile pénitentiaire de Gotham City. Batman vient rendre visite à son meilleur ennemi le Joker. Mais surprise : un autre détenu a pris sa place en se grimant. Où est donc passé l’Homme au sourire machiavélique ? Il est tout simplement en train de négocier l’achat d’un parc d’attractions tombé en ruines. En voulant en faire un parc de l’horreur, il assouvit un de ses rêves d’enfant. Son premier visiteur sera le Commissaire Gordon dont il blessera la fille, Barbara. Dans le même temps, l’Homme chauve-souris continue son investigation afin de le retrouver.

killing joke (3)Simple, le récit d’Alan Moore est saisissant d’efficacité. Même s’il ne considère pas cette histoire comme l’une de ses meilleures, force est de constater qu’il a imaginé un scénario quasi parfait. Tous les acteurs sont présents : Gordon, Barbara, Alfred et bien sûr le Joker et Batman dont la relation se mue en attirance-répulsion très forte. Si le malfrat joue la souris, le Chevalier Noir joue un drôle de chat.

Le décor du parc d’attractions vieillissant et effrayant est parfait pour installer un climat de thriller angoissant. Les idées machiavéliques et morbides de Joker sont magnifiées par ce lieu et les individus qui y travaillent. Comme le souligne Tim Sale (dessinateur de Catwoman : à Rome ou Amère victoire) dans l’avant-propos, le récit d’Alan Moore est hyper détaillé, précis et révèle que Killing Joke est le seul titre a avoir été publié directement sous forme de graphic novel sans prépublication.

killing joke (4)Que dire de la partie dessinée ?! C’est exceptionnel ! Les planches en noir et blanc de Brian Bolland sont incroyables et son trait est d’une grande puissance graphique (cette version n’est pas colorisée comme les précédentes). Des scènes importantes sont magistrales comme celle où Batman se trouve dans l’embrasure de la porte de la cellule du Joker (page 8), le meurtre du forain (page 14), la venue de Batman au chevet de Barbara (pages 22-23), le Joker en image à la télé (pages 29-30), la Batmobile (page 39) ou la balle traversant le crane du Chevalier noir dans l’épisode bonus Un parfait innocent.

A conserver dans sa bibliothèque idéale de Batman !

  • Killing Joke
  • Scénariste : Alan Moore
  •  Dessinateur : Brian Bolland
  • Editeur : Urban Comics, collection DC Essentiels
  • Prix : 19€
  • Sortie : 10 avril 2015

Hans

hans (1)Petit être minuscule qui vit au milieu d’une forêt, Hans est le héros d’une bande dessinée muette éponyme écrite et mise en image par Jérôme Anfré. Une petite perle humoristique publiée par Delcourt dans sa collection Shampooing.

 

Résumé de l’éditeur :
Hans est un gnome de quelques centimètres de haut, combatif et sûr d’être le chef de la petite parcelle de forêt qu’il occupe. S’abriter de la pluie, se nourrir, observer les nuages. Chaque journée apporte son lot d’épreuves, d’étonnements et d’enthousiasmes. Sous ses yeux d’enfant, le monde à taille réelle prend des airs de géant et se transforme en un immense terrain de jeu aussi passionnant qu’effrayant.

hans (2)A l’instar d’Un amour d’océan (Lupano et Panaccione) ou du Grand méchant renard (Benjamin Renner), les éditions Delcourt apprécient les histoires sans parole. Comme pour les deux albums, le récit de Jérôme Anfré est une pure merveille humoristique. Le ton employé est d’une grande simplicité donc d’une redoutable efficacité. Il met en scène les aventures amusantes de son petit personnage avec talent.

hans (5)Affublé d’une chapeau en feuille d’arbre parce qu’il veut protéger son crane chauve, Hans est petit mais vrai râleur. Il fait penser au personnage de La Linéa de l’italien Osvaldo Cavandoli. Comme le personnage de la série télévisée des années 70/80, il aime se confronter aux choses qui l’entourent (animaux, plantes), les utilise mais cela se retourne toujours contre lui. Entre un loup, un oiseau, une araignée ou une fourmi, rien avec eux ne lui réussit, ce qui le met toujours en colère et c’est ce qui fait rire le lecteur.

hans (3)Le découpage du jeune auteur est quasi cinématographique, proposant de petites cases sans cadre centrées sur le personnage principal. Pour rythmer son récit muet, il découpe ses planches en une quinzaine de vignettes. Des décors a minima (des aplats de couleurs en font office) lui permettent d’unifier le récit et d’engager un tempo soutenu.

hans (4)Hans : un bel ouvrage muet, drôle et très réussi. A quand une mini-série animée comme son illustre ancêtre la Linéa ?

  • Hans
  • Auteur : Jérôme Anfré
  • Editeur : Delcourt, collection Shampooing
  • Prix : 12.50€
  • Sortie : 01 avril 2015

Your lie in april

your lie in april (2)Lauréat du prix manga Kodansha et sélectionné pour le Taisho Awards en 2013, Your lie in april débarque en France, précédé d’une belle réputation, non usurpée. Publié par Ki oon, l’histoire est signée Naoshi Arakawa.

 

Résumé de l’éditeur :
À 11 ans, Kôsei Arima est déjà un virtuose du piano. Formé avec la plus grande sévérité par une mère qui lui inflige d’interminables séances de répétition, il écume inlassablement tous les concours nationaux, où son talent éblouit les juges. Mais le jour où sa mère meurt d’une longue maladie, il perd complètement la faculté de jouer de son instrument : victime d’un blocage psychologique, le jeune garçon n’entend plus le son du piano quand il essaie d’en jouer…

your lie in april (1)Quelques années plus tard, son chemin croise celui de Kaori, une violoniste dont l’approche de la musique diffère totalement de la sienne. Alors que Kôsei est une véritable machine qui sait restituer les partitions à la perfection, Kaori, elle, préfère s’approprier les œuvres et les réinterpréter à sa manière… La rencontre avec cette jeune fille au caractère explosif va bouleverser les certitudes de Kôsei et redonner un sens à sa vie !

Qu’il est agréable de lire un tel manga ! Sous ses airs de shojô gentillet se cache une histoire prenante et accrocheuse. Le récit de Naoshi Arakawa très bien construit et rythmé par de nombreuses surprises et rebondissements, est teinté par un bel humour japonais. Cette histoire qui débute comme un drame se poursuit par une belle romance.

your lie in april (3)Kosei Arima est un ex-pianiste virtuose, petit génie avant l’heure, il est multi-récompensé dans de nombreux concours. Intelligent, patient et loyal, il s’est renfermé sur lui lors d’un récital qu’il ne terminera pas. Sa mère tout juste décédée d’une longue maladie, ce choc psychologique le bloque et l’éloigne pour toujours de la musique ; il aurait perdu son oreille parfaite. Passant les récréations en classe, l’adolescent n’a que peu d’amis. Seule Tsubaki, sa voisine veille sur lui. Elle le malmène souvent gentiment pour le faire réagir. Il croise ensuite Kaori, violoniste virtuose qui lui propose de l’accompagner au piano lors d’un prestigieux concours…

C’est frais, décalé et agréable à la lecture. Plus qu’une banale histoire d’amour, la mangaka parle du deuil, du sacrifice, du talent inné, de l’entraide et de la passion pour la musique. Alternant un style graphique classique avec des dessins kawaï, Naoshi Arakawa livre des planches simples et d’une belle maîtrise technique.

  • Your lie in april, volumes 1&2
  • Auteur : Naoshi Arakawa
  • Editeur : Ki oon
  • Prix : 6.60€
  • Sortie : 09 avril 2015
Image de prévisualisation YouTube

Astrid Bromure

astrid bromure (1)

Astrid Bromure est la nouvelle série jeunesse éditée par Rue de Sèvres et signée Fabrice Parme;

Pour continuer la lecture de cette chronique, cliquez ici.

 

 

 

 

  • Astrid Bromure, tome 1 : Comment dézinguer la Petite Souris ?
  • Auteur : Fabrice Parme
  • Editeur : Rue de Sèvres
  • Prix : 10.50€
  • Sortie : 15 avril 2015

Martin Bonheur

martin bonheur (1)Veules-les-roses, tout petit village sur la côte Atlantique. Hors période estivale, il n’y a personne exceptés des personnes âgées et Martin, l’homme à tout faire, chaleureux et toujours prêt à rendre service. La vie paisible de la cité est bouleversée par l’arrivée d’Agathe, une écrivaine venue de la ville. La rencontre entre les deux jeunes est décrite dans Martin Bonheur, une belle petite bande dessinée signée Jérôme Félix et Stéphane Louis et parue aux éditions Grand Angle.
Résumé de l’éditeur :
Agathe n’a qu’un but quand elle arrive dans ce petit village normand : retrouver son père. Mais, dans ce coin reculé du bord de mer, habité presque exclusivement par le troisième âge, elle va trouver bien plus en faisant la connaissance de Martin. Ce jeune écrivain trop secret pour se faire publier s’est retranché dans cette partie du monde pour venir en aide aux anciens et faciliter leur quotidien. Entre Agathe et Martin, le coup de foudre est immédiat. Mais le chemin du bonheur est bien souvent semé d’embûches…

martin bonheur (2)Qualifié de feel good par l’éditeur, le récit de Jérôme Félix est un petit moment agréable de lecture. Afin de ne pas tomber dans les clichés d’une simple romance et afin de ne pas endormir le lecteur, il distille quelques petits rebondissements et éléments moteur de l’histoire. Si Martin est un jeune homme sympathique, agréable et qui « défend des valeurs qui font du bien en ces moments de crises », souligne le scénariste ; il aime profondément sa petite ville toujours prompt à rendre d’inestimables services aux habitants âgés (tondre la pelouse, ramasser le courrier, faire les courses, les emmener à leurs rendez-vous médicaux…) mais il est aussi un véritable célibataire endurci. Il fait de Martin, un symbole du bonheur tout simplement parce qu’il se sent utile aux autres.

martin bonheur (3)Tout l’opposé d’Agathe, jeune citadine se faisant passer pour une auteure de romans afin de découvrir des éléments de son passé. Tourbillon dans cette cité paisible, elle va émoustiller notre jeune héros, notamment à la tombée de la nuit. Leur rencontre sonne un peu comme une confrontation entre deux mondes. « Il y a effectivement un vrai côté rat des champs et rat des villes. J’y tenais, car […] j’ai moi même vécu cette transformation durant l’année que j’ai passé à Veules-les-roses. En arrivant j’étais comme Agathe et un an après je ne voulais plus partir » dira le scénariste d’Hollywood boulevard.

martin bonheur (4)Le trait de Stéphane Louis participe à cette atmosphère doucereuse et pleine de charme. L’auteur autodidacte réussit à délivrer des planches d’une grande justesse et d’une belle qualité, avec quelques fois des personnages ressemblant à ceux de Félix Meynet.

  • Martin Bonheur
  • Scénariste : Jérôme Félix
  •  Dessinateur : Stéphane Louis
  • Editeur : Grand Angle
  • Prix : 16.90€
  • Sortie : 22 avril 2015

Anthroporama

anthropoDiego est un gentil trublion. Connu pour ses travaux dans la presse (Canard Enchaîné, L’obs, Stratégie ou Fluide Glacial) mais aussi pour ses albums de bande dessinée Victor Lalouz, S&Fils (avec Benoît Delépine), il revient avec Anthroporama, un recueil d’histoires humoristiques publié par Fluide Glacial.

 

Résumé de l’éditeur :
Comme dit le célèbre anthropologue Diego Aranega, « Juger trop vite, c’est prendre le risque de se tromper avant tout le monde ». C’est sur ce principe, et avec une méthodologie toute particulière, que notre brillant anthropologue de la BD investigue au coeur des réseaux interlopes ou méconnus, et analyse les grands phénomènes de société. Avec un humour féroce et une pertinence étonnante, Diego Aranega observe la France du XXIe siècle et nous livre sa connaissance du monde social, basée sur des enquêtes de terrain drôlissimes.

9782352075868_ppSous-titré La société française par l’exemple, Anthroporama dresse un portrait humoristique de la France du 21e siècle. Diego Aranega se glisse dans les habits d’un anthropologue auto-proclamé, le temps de ce recueil de 10 mini-récits. Sous ses aspects de scientifique, il dépeint des situations cocasses qui font mouche. Tout y passe : une société qui organise des stages d’auto-défense, une émission télévisée culinaire (avec une vraie recette!), une people school dirigée par Karl Lagerfeld ou comment devenir une star de la téléréalité, une entreprise low-cost pour les riches, un stage pour les lutter contre les nouvelles addictions ou une agence de pub.

aragnega_anthropo_dosLe plus amusant reste La folie des 80’s, une histoire dont tous les trentenaires et les quadragénaires se retrouveront. A travers le magazine OK et ses stars éphémères, ses posters et ses interviews, il nous fait partager ses souvenirs de jeunesse (premiers émois, les citations de David et Jonathan vraies paroles d’évangile).

C’est drôle, décalé et son auto-dérision est jouissive. Son trait vif et nerveux est pourtant d’une grande efficacité.

  • Anthroporama
  • Auteur : Diego Aranega
  • Editeur : Fluide Glacial
  • Prix : 12€
  • Sortie : 15 avril 2015

L’odyssée du microscope

odyssée  (1) A son réveil Elias est heureux mais il ne sait pas trop pourquoi. Cet état émotionnel agréable va se poursuivre pendant de nombreux jours. En croisant Sabrina, sa future compagne, il va découvrir des choses enfouies au plus profond de lui. C’est le propos de L’odyssée du microscopique, un roman graphique signé Olivier F. Delasalle et Léandre Ackerman et publié par La Boîte à Bulles.

 

Résumé de l’éditeur :
Un beau matin, Elias se réveille heureux. Sans raison apparente, l’insouciance prend place dans sa vie et le journaliste semble s’éveiller d’un long songe où le cynisme était de rigueur. Faisait-il un « déni de bonheur » ?

C’est en tout cas ce que lui suggère Sabrina, une sage-femme rencontrée à la terrasse d’un café, qui pense que son métier consiste à accoucher les esprits autant que les corps. Tous deux se situent à un moment clef de leur vie où s’entremêlent doutes, remises en cause et questionnements existentiels. Sabrina envisage de devenir rabbin tandis qu’Elias souhaite réorienter sa carrière…

Dès lors ils s’engagent ensemble sur un même chemin et décident de voir leurs vies avec un oeil nouveau. Un regard qui sera, peut être, susceptible de leur apporter une paix intérieure…

odyssée  (2)Le récit de Olivier F. Delasalle est construit comme une très belle romance entre Elias et Sabrina, deux êtres attachants, simples et vrais anti-héros. Pourquoi, un jour, l’on peut ressentir un bien être permanent ? Comment faire partager ces petits moments de bonheur aux autres ?

Les deux héros aspirent à un changement profond de vie. Sabrina, infirmière sage-femme qui souhaite devenir rabbin et Elias qui souhaite changer de métier. Ils se retrouvent à ce mitant de leur vie, un moment crucial où chacun à fait le bilan de leur jeune existence : une réorientation et la naissance de leur idylle. Cet optimisme, pas du tout béat, est un fil conducteur qui fait du bien à la lecture de l’album. Ce beau roman graphique engendre aussi des questionnements sur sa propre vie et ça fait un bien fou.

odyssée  (3)Du côté graphisme, le trait en noir et blanc, agrémenté de nuances de gris de Léandre Ackermann est simple, léger et aérien. D’une belle efficacité, l’auteure, dont c’est le premier album, propose des planches où les personnages sont très bien mis en valeur. Une dessinatrice prometteuse à suivre !

Sword Art Online, fairy dance

volumes 2&3

SAO fairy dance (1)Suite et fin du spin-off de la série Sword Art Online, intitulé Fairy Dance. Publié par les éditions Ototo, les volumes 2 et 3 sont toujours signés Tsubasa Haduki et Reki Kawahara.
Résumé de l’éditeur (volume 2)
Kirito s’engouffre à l’intérieur du VRMMO « Alfheim Online » pour atteindre le sommet de l’Arbre du monde. Il y rencontre une Sylphide du nom de Leafa, qui accepte de l’y accompagner…
Cependant, Leafa n’est en réalité rien / personne d’autre que la propre sœur de Kazuto, Suguha. Cette dernière éprouve secrètement des sentiments pour celui qui est en réalité / s’avère être son cousin. Ils poursuivent leur route ensemble vers l’ « Arbre du monde » sans connaître le destin qui les lie ni celui qui les attend…

SAO fairy dance (2)On entre de plein pied dans le tome 2 de Sword Art Online Fairy Dance par une scène de combat courant sur 44 pages soit plus d’un chapitre. Kirito affronte alors 3 soldats en armure et 9 mages mais ne souhaite en aucun cas perdre contre eux, même si cela n’est qu’un jeu, il ne veut pas laisser mourir un de ses camarades même si cela se déroule dans un monde virtuel. Il en fait un point d’honneur. Après l’attaque, Leafa, Kirito et Yui se retrouvent dans la ville de Lugru, c’est ce moment que choisit la jeune fille pour se déconnecter du jeu en retirant son casque. Elle prend alors contact avec Nagata qui lui confirme que Sigurd les a doublés dans le jeu et qui fait alliance avec les Salamandres.

SAO fairy dance (3)Résumé de l’éditeur (volume 3) :
Après avoir vaincu le général des Salamandres Eugène, et protégé les chefs des Cait Siths et des Sylphes, Kirito et Leafa parviennent enfin à la ville d’Alne, au pied de l’Arbre Monde. Leafa finit par apprendre que Kirito n’est autre que Kazuto son cousin, et qu’il est amoureux d’Asuna. Pendant ce temps, cette dernière tente désespérément de s’échapper de sa geôle confinée au sommet de l’Arbre Monde…

SAO fairy dance (4)De nouveau, SAO nous enchante et nous accroche par son histoire avec de nombreux rebondissements et combats. C’est simple, efficace et très agréable à lire. Pourtant le lecteur va sentir comme un petit vide, puisque Fairy dance (la série parallèle) s’achève avec ce troisième volume. Alternant avec beaucoup d’habileté, les scènes virtuelles avec celles du monde réel, Reki Kawahara, donne du souffle et du rythme à son histoire. En effet, lors de ces dernières, des éléments importants du récit sont dévoilés ce qui le pimente encore plus. Les deux derniers volets sont maîtrisés et l’on passe un agréable moment de lecture-plaisir. Une vraie réussite ! A découvrir !

  • Sword Art Online – Fairy Dance, volumes 2 & 3
  • Scénariste : Reki Kawahara
  •  Dessinateur : Tsubasa Haduki, d’après le character design d’Abec
  • Editeur : Ototo
  • Prix : 7.99€
  • Sortie : le 12 mars pour le volume 2 et 10 avril pour le 3

La Grande Guerre de Charlie

charlie (1)A Case Départ, c’est l’une de nos séries Coup de Cœur et cela se vérifie encore pour ce huitième volume de La grande guerre de Charlie. Force est de constater que c’est l’une des meilleures séries (si ce n’est la meilleure) sur la Première Guerre Mondiale, appréciée à sa juste valeur par Tardi (qui connaît parfaitement cette thématique et passe pour être l’un des spécialistes bande dessinée de cette période). Dans cet opus, Pat Mills et Joe Colquhoun intègrent un personnage un peu particulier en la personne d’Adolf Hitler, l’occasion de découvrir la vie dans les tranchées de celui qui deviendra le dictateur sanguinaire que l’on connaît.

 

Résumé de l’éditeur :
Décembre 1917, Charlie fait ses premières armes en tant que tireur d’élite sur le front Ouest, avant la Grande Offensive Allemande du printemps 1918. C’est l’occasion de  trouner notre attention vers les rangs allemands ou une petite unité voit ses effectifs se faire décimer par ces tireurs hors pairs. Parmi eux, se trouve notamment un jeune soldat à la rancoeur tenace et au patriotisme fanatique, un certain Adolf.

charlie (4)Le récit de Pat Mills est de nouveau fort, dense et accrocheur. Hyper réaliste dans le quotidien des soldats (grâce à une documentation solide basée sur les écrits d’historiens britanniques), ces moments délicats sont contés de manière magistrale. S’il a choisi des personnages lambda (Charlie et les Tommies) pour le faire au mieux, il introduit un homme célèbre en la personne d’Adolf Hitler, qui a bien participé à la Première Guerre Mondiale mais il lui imagine aussi son existence dans les tranchées. Ce moment fictionnel est formidable, faisant de lui un être ignoble, hautain, violent et rancunier (tout ce qu’il sera par la suite lors de son ascension au pouvoir et la mise en place du 3e Reich). La version est moins réjouissante pour le futur dictateur. Comme le mentionne Ian Kershaw ou d’autres historiens dans leurs recherches : il n’était qu’une simple estafette (chargée de faire passer les messages entre les différentes unités), planqué, peu sûr de lui, insignifiant, blessé il ne terminera pas la guerre et quittera le front en 1917.

charlie (5)Malgré cette entorse à la vérité, on prend plaisir à le découvrir sous cet aspect détestable. Comme pour les précédents volumes, la partie dessinée est formidable. Le trait de Joe Colquhoun est d’une belle puissance graphique.

  • La Grande Guerre de Charlie, volume 8/11 : Le jeune Hitler
  • Scénariste : Pat Mills
  •  Dessinateur : Joe Colquhoun
  • Editeur : Label Delirium
  • Prix : 22€
  • Sortie : 13 avril 2015

La collection Dreamworks

dragons (1)Dreamworks est un grand studio d’animation américain, présent  dans le monde à travers de nombreux longs métrages animés depuis plus de 20 ans. De Shrek à Kung-Fu Panda, les succès se multiplient. L’entreprise a confié les droits de traduction en langue française aux Editions Soleil, qui dévoilent les deux premiers titres de la collection : Dragons, cavaliers de Beurk, signé Furman, Nazif et Georgiou, ainsi que Les pingouins de Madagascar de Alex Matthews et Lucas Fereyra. Chaque album présente une histoire inédite qui se clôt en un volume.
Résumé de Dragons, cavaliers de Beurk :
Bienvenue à Beurk, l’île où le jeune Harold et son fidèle dragon Krokmou vivent de trépidentes aventures. À leurs côtés : le père de Harold, Stoïck la brute, et ses amis : Gueulfor, Rustik, Kranedur et Kognedur – sans oublier la charmante Astrid, bien sûr ! Le dragon de Rustik, Crochefer, perd ses écailles, ce qui provoque des incendies dans tout Beurk ! Lorsque le dragon, en colère, disparaît, le groupe d’amis se lance à sa recherche…

dragons (2)Dans cet album, le jeune lectorat retrouve les personnages principaux du film d’animation Dragons : Harold et son dragon Krokamou mais aussi Astrid et Tempête ou Varek et Bouledogre, qui s’entraînent dans l’académie de dressage des animaux ailés fabuleux. Le récit de Simon Furman est accrocheur pour les plus petits, enchaine les rebondissements, le tout dans un délire de pitreries qui apporte beaucoup d’humour. Il faut dire qu’entre les dragons qui n’en font qu’à leur tête ou certains personnages un peu crétins, il y a de quoi passer un bon moment de lecture. Pour ce premier tome, Tombé du ciel, les jeunes dresseurs sont dans l’action, à travers une quête ardue, celle de retrouver Crochefer, le dragon de Rustik qui a disparu. Le trait du duo Bambos Georgiu-Iwan Nazif est assez efficace, grâce à un trait cartoon réussi, à contrario de l’encrage raté.

pingouins (1)Résumé de Pingouins de Madagascar :
Les pingouins échappés du zoo de New York cachent un lourd secret. Ils sont en fait… agents secrets ! Capitaine, Kowalski, Rico et Soldat passent du grand écran à la BD et vont vivre des aventures inédites et complètement loufoques.

pingouins (2)Avec Alex le lion, Marty le zèbre, Gloria l’hippopotame ou Melman la girafe, les vrais héros de Madagascar sont le Pingouins. En effet, rapidement, Capitaine, Kowalski, Rico et Soldat se détachent des films de Eric Darnell et Tom McGrath et voient leurs aventures se décliner en série animée pour la télévision. Pour se premier volume dessiné, La grande attaque des égouts, les jeunes lecteurs les retrouvent dans leur base souterraine dans les égouts de New-York, en prise avec des rats. Puis deux autres mini-récits s’adjoignent au premier : Opération braquage et Virée nocturne. Les histoires de Jai Nitz, Cavan Scott, Dan Abnett et Andy Lanning sont loufoques, parfois surréalistes mais font mouche : elles sont amusantes et parfaites pour le jeune lectorat. En ce qui concerne la partie graphique, nous retiendrons la deuxième signée Lucas Ferreyra, beaucoup plus singulière que les deux autres, plus classiques et trop numérique.

  • Dragons, cavalier de Beurk, tome 1 : Tombé du ciel
  • Scénariste : Simon Furman
  •  Dessinateurs : Bambos Georgiu et Iwan Nazif
  • Editeur : Soleil, collection Dreamworks
  • Prix : 10.95€
  • Sortie : 08 avril 2015
  • Les pingouins de Madagascar, tome 1 : Complètement givrés !
  • Auteurs : Collectif
  • Editeur : Soleil, collection Dreamworks
  • Prix : 10.95€
  • Sortie : 08 avril 2015

 

Et pour quelques pages de plus…

Pour compléter notre sélection de la semaine, Case Départ vous conseille aussi les albums suivants :

Maëster… et boules de gomme

maester (1)Après Athanagor Wurlitzer et Soeur Marie-Thérèse des Batignolles, les éditions Glénat poursuivent leur travail de réédition des œuvres de Maëster par la publication de Maëster… et boules de gomme, un recueil de 12 histoires humoristiques.
Résumé de l’éditeur :
Dans une série de 12 histoires courtes déjantées, Maëster, en grand amateur de cinéma et de BD, démolit tour à tour Tintin, Blanche-Neige, le mythe du détective privé new-yorkais – affublé d’une houppette, lui aussi –, Cendrillon, les spots pub de lessive et bien plus encore ! Son trait expressif et virtuose – qui n’est pas sans rappeler son maître Gotlib – et sa loufoquerie font passer tous ces classiques de la culture populaire pour des dessins animés de Tex Avery shootés aux acides ; son talent de caricaturiste se permet même de faire intervenir des célébrités telles qu’Humphrey Bogart, Isabelle Adjani ou… lui-même !

maester (2)Jean-Marie Ballester dit Maëster intègre en 1982 l’équipe du magazine Fluide Glacial, dont il devient rapidement l’un des principaux auteurs. Il y donne naissance à des personnages hauts en couleur : Athanagor Wurlitzer et surtout la très enrobée Sœur Marie-Thérèse des Batignolles. A partir de 2005, il rejoint L’écho des savanes dans lequel il prépublie le sixième tome de Sœur Marie-Thérèse, La guère sainte édité chez Drugstore.

Pour ce recueil de 12 mini-récits, les éditions Glénat rééditent des planches parues au début des années 80 dans Fluide Glacial. Dans ces premières histoires publiées, le lecteur entrevoit toute la maîtrise du verbe et le sens du gag que l’on retrouvera (plus poussé) dans les futures publications de Maëster.

Pour compléter cette nouvelle version, on peut découvrir en plus : des illustrations et de planches inédites mais aussi 13 dessins de couvertures de la revue Fluide Glacial.

  • Maëster… et boules de gomme
  • Auteur : Maëster
  • Editeur : Glénat
  • Prix : 19.50€
  • Sortie : 08 avril 2015

Miss 130

(album pour adultes)

miss 130 (1)Chiyoji, un mangaka érotique, dévoile un recueil d’histoires porno dans Miss 130, publié par Dynamite. Elles mettent en scène des femmes mûres, délaissées par leurs maris, qui  papillonnent et vont voir ailleurs.
Résumé de l’éditeur :
Les Miss 130 imaginées par Chiyogi sont des femmes mûres, mariées à un salary man qui bosse à en crever, et le plus souvent délaissées côté baise. Leurs courbes sont généreuses, leurs culs exaltent une armada d’étalons et ne parlons pas de leurs seins, dont l’ampleur charnelle est aussi vaste que le chiffre qui les indique : 130.

miss 130 (2)A travers les 276 pages et les 15 mini-récits, les éditions Dynamite proposent une anthologie de Chiyoji. Entre une femme qui adore la lingerie fine, une autre qui se demande si c’est normal de faire autant l’amour, la suivante qui est photographiée par un voyeur parce qu’elle possède une énorme poitrine, une maman venue inscrire sa fille dans une garderie et qui doit passer à la casserole si elle veut une place pour sa fille, une autre dont le mari donne des cours de piano à un jeune étalon ou encore la suivante qui reçoit son amant déguisé en livreur, les histoires sont très variées.

Parues dans la revue Kiss Comix entre 1992 et 1996, les histoires du mangaka sont variées, simples dans leur construction et font mouche à chaque fois. De plus, son trait est souvent différent d’un récit à l’autre, parfois classique à la limite du kawaï, parfois plus élaboré au fusain ou au feutre.

  • Miss 130
  • Auteur : Chiyoji
  • Editeur : Dynamite, collection Sexplosif
  • Prix : 16€
  • Sortie : 19 février 2015

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Cette entrée a été publiée dans Adulte, Aventure, Comics, Dans les bacs, Fantastique, Grands classiques, Humour, Jeunesse, Manga, Polar, Roman graphique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>