5 mar 2012
Le libero des pieds carrés
Commentaires fermés

Le Top Chef des Pieds Carrés

Vous savez que les Pieds Carrés sont fans de L’amour est dans le pré, l’émission désormais culte d’M6 consacrée aux agriculteurs célibataires en quête d’âme soeur. Mais votre blog préféré se penche aussi sur un autre programme phare de la petite chaîne qui monte : Top Chef.

Dans les épreuves mises en place pour départager les quatorze candidats, il n’est pas étonnant de voir les cuistots de Top Chef mitonner un bon petit plat pour les acteurs de Scène de ménage ou pour les agriculteurs de L’amour est dans le pré… Or, M6 (et W9) se sont lancés depuis quelques temps sur les terrains de foot.

Poussant la logique du « crossover » jusqu’au bout, les Pieds Carrés proposent donc leur épreuve : quel chef pour quelle buvette de stade ? Voilà de quoi améliorer l’ordinaire du supporter de foot ou comment revisiter (le terme est à la mode) le hot-dog frites… Et bien entendu, nous avons déjà une petite idée pour chacun des candidats de la saison 2012, mais aussi pour le jury.

Amélie Langlais

Qui c'est ?

Première éliminée de la saison 2012… La demoiselle, qui s’est lancée dans la cuisine après avoir décroché une licence de littérature, avait pourtant proposé un émincé de pintade marinée au gingembre, orange et shoyu. Un plat d’inspiration asiatique, une candidate qui a rapidement été éjecté… Un peu comme Anelka écarté quasi systématiquement de l’équipe de France avant un grand rendez-vous international. Elle a depuis basculé dans l’oubli…

Oui, Amélie pourrait donc prendre aussi la direction de la Chine, dans les valises de Nico…

Gérald Guille

Une bonne tête pour cuisiner le Duc de Bourgogne, non ?

Lui aussi s’est fait sortir dès la première émission de la saison 3 de Top Chef. Il est apparu plutôt réservé. Pas à l’aise en tout cas sous les spots du plateau télé. Il lui faut donc un cadre de vie tranquille, presque familial. « Honnête et serviable » dit la production dans son portrait, mais aussi « maniaque et dirigiste« …

Ses qualités humaines font de lui un mix parfait entre Laurent Fournier et Gérard Bourgouin. En plus, il a été aussi brillant au piano que ne l’est actuellement l’AJA… Argument supplémentaire pour l’envoyer du côté du stade de l’Abbé Deschamps : il porte le même prénom que Baticle, un ancien illustre de la maison auxerroise.

Mehdi Kebboul

 

Quoi ma gueule ? Qu'estce qu'elle a ma gueule ?

 

Il a marqué la saison en cours par son pétage de plomb… Alors qu’il avait été sauvé en épreuve de la dernière chance, le garçon n’a pas digéré les doutes émis par le jury sur son plat : un lapin, retour de vendanges. « C’est vraiment un peu simple. C’est pas du tout ce qu’on attend de Top Chef », avait même lâché Christian Constant. Un peu susceptible et bouillant comme une baraque à frites, Mehdi a claqué la porte.

Un coup de gueule qui n’est pas sans nous faire penser à une sortie « anigesque » :

http://www.dailymotion.com/video/xlvfnz

Florent Pietravalle

Déjà faut sortir la tête des épaules, mon garçon...

Repêché après le départ de Mehdi, Florent n’a toutefois pas échappé à l’élimination la semaine suivante. Il faut dire que malgré sa bonne bouille, le garçon manque clairement de charisme. Franchement réservé, il donnait même l’impression d’être un lapin pris dans les phares d’une Peugeot. Trop gentil, trop timoré… Un certain Aimé Jacquet lui conseillerait de muscler son jeu. Pourtant, la technique est bien là. Bref, une association Martin/Maïga

  • Verdict : FC Sochaux Montbéliard.
  • Son défi : un hot-dog à la Morteau aigre-doubs pour faire rugir les Lionceaux de plaisir.

Juan Arbelaez

Discret, classe... Un talent en devenir

D’origine colombienne, Juan a une belle élégance. Une bonne gueule de garçon poli, des gestes de classe, du fair-play… Adepte de la présentation soignée. Capable de jolis exploits, mais encore en devenir pour être un chef complet. Il lui a certainement manqué un peu de vice et de sens tactique pour éviter une élimination cruelle. Il y a du Hazard chez ce cuisinier.

Image de prévisualisation YouTube

Ruben Sarfati

 

Un grand espoir...

Seul amateur de la compétition, éliminé sur le fil, on reparlera très certainement de ce garçon dans un avenir proche. On a même envie de dire qu’il y a du Pastore dans sa gestuelle.

Image de prévisualisation YouTube

Très pointu techniquement, Ruben a encore un jeu un peu confus par moments. Il doit désormais trouver le bon tempo  dans sa cuisine en y alliant un peu plus de simplicité. Mais déjà, le Parisien fait tourner les têtes des plus grands.

Image de prévisualisation YouTube
  • Vedict : Paris SG.
  • Son défi : réussir un vrai hot-dog sans y ajouter espumas ou autres fioritures, et sans morceau de doigt. Et tout cela en moins de cinq minutes !

Noémie Honiat

Un sourire sucré...

Reine du sucrée, cette patissière est particulièrement pointue. Un talent énorme et un maître : Christophe Michalak. L’équivalent d’Arsène Wenger pour un footballeur talentueux de moins de 15 ans. Elle a toutefois du mal à exprimer tout son potentiel sous la pression.

  • Verdict : Arsenal.
  • Son défi : un fish and chips version sucré ou alors la fameuse « boulettes » des Gunners.

Carl Gillain

Eh ouai, je m'la pète !

Il a tout vu, tout fait, tout compris… Mais quand il se retrouve dans une situation incongrue ou inhabituelle, il perd de sa morgue et se met à maugréer. Bref, le Belge est adepte du football total mais se liquéfie quand il s’agit de muscler le jeu. Pas un (Eden) hasard s’il évolue actuellement dans la cellule de recherche et développement d’un restaurant étoilé. Loin des vrais terrains.

Cyrille Zen

Bonne nuit les petits ! Pom pom pom...

Déjà étoilé au Michelin, Cyrille est une valeur sûre de cette saison. Il porte d’ailleurs bien son nom. Tellement bien qu’il en deviendrait presque chiant… Son jeu est du genre classe mais feutrée. Sans débordement. Dans une bonne année, il peut régaler. Mais il lui faudrait un peu plus de caractère et de relief pour exister au très haut niveau. Un peu comme Yoann Gourcuff  en somme. La preuve, le joueur est perdu de vue depuis son départ de la Gironde.

Arrivera-t-il à exister jusqu’en finale ? Pas sûr du tout. A moins que Francis Gillot ne réussise là aussi son coup…

http://www.dailymotion.com/video/xj5x2q

Julien Burbaud

Une bonne tête de roquet, non ?

Pas fair-play pour un sous, Julien est un compétiteur. Un vrai. Râleur, provocateur… Il ne pense qu’à une chose : gagner. Pas grave s’il doit mettre un pepe(roni) qui arrache bien dans son plat. Sûr de lui, il a une haute estime de lui-même et n’hésite pas du coup à brouiller son image. José Mourinho, sort de ce corps !

  • Verdict : Real Madrid.
  • Son défi : créer le Special One (un sandwich sucré, salé).

Denny Imbroisi

Des pâtes, des pâtes... Oui mais des pâtes de Denny !

Un brin charmeur, un brin macho… Denny est un rital, un vrai. Mais attention, pas un Italien du Sud mais un du Nord. Plus sobre, efficace, rigoureux sur les fondamentaux. Un mec qui fait attention à sa coiffure, à sa tenue impeccable et à son sourire colgate. Ajoutez à cela beaucoup de maturité et une technique parfaitement maîtrisé. Un peu de Pirlo et surtout beaucoup de Del Piero en lui.

  • Verdict : Juventus de Turin.
  • Son défi : ne pas tomber dans la cuisine moléculaire, même s’il bossera dans un labo

Tabata Bonardi

Faut sourire maintenant !

Un certain Norbert (voir ci-dessous) aurait dit qu’elle portait particulièrement bien son nom… Faut bien reconnaître que la demoiselle est pétillante et fait souffler un vent de fraîcheur sur les fourneaux. Pas du genre cependant à tenter un quintuple passement de jambes à la Ronaldo. Tabata cherche plutôt le beau geste juste et efficace. Un peu comme un coup-franc « juninesque ».

En plus, elle a fait ses classes à l’institut Paul Bocuse, à Lyon…

Son mauvais côté : une ambition dévorantes et ces incessants « put…, mer…, fait ch… » ! On dirait Jean-Michel Aulas après un match devant la porte du vestiaire des arbitres !

Image de prévisualisation YouTube
  •  Verdict : Olympique Lyonnais.
  • Son défi : éviter toutes fautes de goût, car avec Jean-Mimi, Tabata pourrait le payer cash.

Jean Imbert

Comme les Pinault, Jean est l'ami des stars... Comme ici avec Jean Dujardin et Alexandra Lamy.

Une relation particulière avec son paternel qui nous fait penser aux Pinault père et fils. Sa cuisine est belle, mais encore sans titre. Une valeur sûre avec un niveau minimum satisfaisant. Mais pas de grandes envolées, non plus. On le voit toujours placé, mais pas forcément gagnant. Tout cela pour un public connaisseur mais pas franchement enflammé.

Norbert Tarayre

Quelques grammes de finesse dans un corps de brute !

Ancien footballeur, passé par l’INF Clairefontaine, Norbert est notre client préféré. Avec lui, une chose est sûre : le spectacle est dans le sandwich, en tribune, au vestiaire ou dans le « calfouette »… Ses sorties verbales sont désormais cultes et font passer Jean-Marie Bigard pour un enfant de choeur.

Petit florilège :

  • « T’es à Top Chef mon pote, t’y es avec ta tête, pas avec ton cul! »
  • “J’suis tendu, j’ai les fesses qui disent bravo, j’ai le calfouette qui a envie de se barrer au plus profond des genoux”
  • “On va pas tortiller du cul pour chier droit !”
  • “On va avoir les burnes comme des raisins de Corinthe!”
  • “On n’a plus le temps de faire du chichi-pompon avec une pince à épiler le fion!”
  • “Je suis le morbac de Top Chef, celui qui colle à la culotte et qui part pas!”

Forcément, cela vous fait penser à… Loulou Nicollin :

Image de prévisualisation YouTube

Et puis, en même temps, malgré son langage limite ordurier, ou pour le moins outrancier, Norbert a une belle générosité dans l’effort et surprend souvent par ses créations. Capable de sortir du très beau jeu et de régaler. Bref, Norbert est le croisement de Nicollin et d’Olivier Giroud. Un meilleur buteur et un champion potentiel, mais jamais à l’abri d’un petit faux pas qui pourrait lui coûter cher.

Le jury

Avant d’être des chefs reconnus, il se dit que les membres du jury ont aussi fait leur classe dans une buvette de stade de foot… On a enquêté !

Des étoiles...

  • Thierry Marx aurait débuté au FC Lorient. Aux côtés de Christian Gourcuff, il y aurait découvert les joies d’un foot rationnel, pensé, méthodiquement travaillé. Pour lui, cela a été séances vidéo et tableau noir, analyse poussée du beau jeu. Et même un certain goût pour l’inattendu. Au moment où Christian le chevelu a opté pour le synthétique, Thierry le chauve a basculé dans la cuisine moléculaire. Pas un hasard.
  • Jean-François Piège est un calme, un apôtre du beau jeu, de la précision des assaisonnements. Il sait s’enthousiasmer, encourager, diriger sans élever le ton. Il faut dire qu’il aurait tout appris du côté du FC Barcelone. Une référence.
  • Christian Constant ne peut tromper son monde : son accent et ses manières trahissent l’homme qui a les pieds solidement sur terre. On ne lui la fait pas à l’envers : le bon produit, le terroir, la cuisson parfaite. De temps en temps volcanique, souvent paternaliste. Il a débuté au Clermont Foot.
  • Ghislaine Arabian est la machiste de la bande. Les candidates, elle les déteste et le fais bien sentir. D’ailleurs, qu’est ce que Ghislaine aime vraiment ? Aimable comme une porte de prison, désagréable, presque hargneuse, la chef s’adresse aux autres comme Bastia reçoit ses adversaires. A coup de châtaignes.


Comments are closed.



la planete foot

suivez-nous aussi sur

LES PIEDS CARRES : LE ONZE DE DEPART

Une partie de l'effectif

L'équipe des Pieds Carrés est composée d'une bande de journalistes issus du quotidien la Nouvelle République, de journalistes venus d'autres horizons et de quelques spécialistes mondialement reconnus (au moins dans leur quartier) :

Parmi les titulaires indiscutables,

Frédéric Launay

Anthony Raimbault

Jérôme Boissel

Paulin Aubard

Jean-Marc Duret

Benjamin Henry

Axel B.

Alan De Silvestri

Gaëtan Briard

Jérémy Sopalski

la maison mere

L'ACTU NATIONALE

  • L'Equipe
  • Les cahiers du football
  • SO FOOT