16 déc 2011
Le libero des pieds carrés
Commentaires fermés

C.L.I.P.S. : Bernard Mendy

Des Crampons, de la Lose, des Idoles (ou pas), des Perles et du Son (pas toujours bon)… C’est C.L.I.P.S. ! Chaque semaine, les Pieds Carrés vous sélectionnent un clip incontournable dans lequel apparaît un footeux. Ouaich Gros ! Représente !

Le dernier numéro de l’excellent SO FOOT nous a idéalement servis… Une passe décisive idéale pour nous : dans les pieds – c’est important vu notre manque de physique – et devant le but vide. Bref, un centre en retrait idéal. Tout le contraire d’un bon vieux caramel balancé au poteau de corner opposé par Bernard Mendy.

Justement le SF du mois de décembre nous donne des nouvelles de l’ancien Parisien. Et en lisant le long reportage de Paul Bemer du côté d’Odense, on s’est dit que « Nanard la lose » avait forcément tourné dans un clip. Obligé, logique… Tellement évident qu’on a mis très exactement une petite minute à retrouver le « chef d’oeuvre« .

Image de prévisualisation YouTube

Il est pas beau notre Bernard ? Le regard est lumineux, le charisme intact… Et puis, Mendy est plutôt pas mal encadré dans ce clip de HV :Abidal, Mandanda et Bodmer… Lorsqu’il fait tourner ce clip en boucle sur son écran géant, habillé en survêtement gris à capuche, et se grattant tranquillement un endroit que rigoureusement ma mère m’a défendu de nommer ici (on fait ici à une référence de SO FOOT), confortablement installé au chaud dans son canapé danois, l’ami Bernard doit se rappeler les bons souvenirs… Une petite larme à l’oeil.

Pour ceux qui ne l’auraient pas reconnu, le quatrième footableur appelé à faire de la figuration dans ce petit bijou de film court musical n’est autre que Dominique Sylva. Mais si, tout le monde connaît Dom ! Enfin, dans son quartier…

Un clip de quartier justement, c’est de ça qu’il est question. A part sur la sonothèque de Haute-Normandie, difficile d’entendre parler de HV… HV ? Homicide Volontaire… Oui, oui, c’est bien le nom de ce groupe de rap d’Evreux. Cela fait rêver…

Et la qualité de la chanson et du clip de « J’aurai pu être » est à l’avenant. En fait, pour être honnête, cela nous a un peu fait penser (au niveau du thème) à « Laisse pas traîner ton fils » de NTM ou « Petit frère » de I Am. Si, si ! Mais sans énergie, avec des paroles vraiment simplistes et pas percutantes et dans un décor pas très recherché… Bref, on a le droit à une version franchement discount.

D’ailleurs, on vous laisse comparer vous même… Sans footeux certes, mais plus classe. Et puis, cela fait un peu de bien aux oreilles.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

L’analyse des Pieds Carrés

Pourquoi Bernard Mendy a-t-il accepté d’apparaître dans ce clip ? Si la question est rituelle, nous nous contenterons cette semaine d’une triple réponse. Et sans mauvaise foi, ce coup-ci ! Pas besoin : Nanard se suffit à lui-même.

  • Parce que Bernard Mendy est originaire d’Evreux. Comme Eric Abidal, Dominique Sylva, Steve Mandanda et son pote Mathieu Bodmer. D’ailleurs, Bernard passe a priori son temps à envoyer des textos à l’actuel Parisien. Faut bien s’occuper quand on se fait ch… au fin fond du Danemark. C’est ça ou alors passer l’après-midi devant « Les Feux de l’amour » avant d’aller manger chez Djemba Djemba qui « sait faire les courses comme une meuf » d’après ce qu’on peut lire dans SO FOOT. On ne vous déflorera pas le reste du papier, il est mythique : de la lose à l’état brut.
  • Parce que Bernard Mendy aurait pu être, lui aussi… Oui, il aurait pu être un bon footballeur ! Tout le monde l’a cru après avoir vu ça :
Image de prévisualisation YouTube

Même à Odense, quand ils ont su que Mendy débarquait, ils ont cru que Ronaldinho arrivait ! « J’ai tout de suite senti un peu de ferveur autour de moi. Les mecs m’ont posé plein de questions. Tout le monde me parle du débordement sur Roberto Carlos. Ils me l’ont montré à l’entraînement à peine une semaine après mon arrivée. »

Mais, à l’époque, un détail aurait dû nous mettre la puce à l’oreille : sur TV5 Monde, le match était commenté par Patrick Montel. Et lquand le gazier de France Télé s’enflamme pour un footeux, ce n’est jamais bon signe…

Et puis, il y a eu ça, en Coupe de la Ligue face à Marseille au Vélodrome :

Image de prévisualisation YouTube

Pas mal… Oui mais là aussi, il faut aller au-delà des apparences : si l’on regarde la fiche technique de ce match dans le détail, on se rend compte que Mendy inscrit en fait le troisième but du PSG après un doublé de… Branko Boskovic. Et tout ça, face à Marlet, Lizarazu et Barthez, trois garçons en pré-retraite. Cela calme !

Et puis, là aussi, le commentaire est assuré par un autre insuportable du service public : Thierry Adam. Franchement, après Patrice Montel, on peut difficilement tomber plus bas (mis à par Daniel Lauclair). Tous ces signes auraient dû nous alerter.

Ils annonçaient en fait le ballon de plomb décerné quelques mois plus tard par Les Cahiers du football. « A 25 ans seulement, il a encore le temps de se refaire… une carrière », concluaient nos confrères au moment de conclure leur portrait de Nanard. Ou pas…

Car Mendy a multiplié les mauvais choix et les coups de déveine :  départ à Hull City, refus d’aller à Saint-Etienne, rendez-vous manqué avec Evian, tentative d’escroquerie de la part du club grec de Larissa qui change les modalités du contrat proposé au dernier moment (une habitude grecque apparemment) et a connu le chômage durant huit mois avant d’atterir à Odense, « une ville toute pourrie » selon Djemba Djemba. Et tout ça pour évoluer dans un championnat de troisième zone. Alors forcément, cela rend les choses plus faciles…

Image de prévisualisation YouTube

Bref, Nanard, c’est de la lose à l’état pur. Il aurait pu être… Il ne sera pas. A moins que Bordeaux de Francis Gillot ne le relance… Pourquoi pas ! Après tout, l’ancien entraîneur du FC Sochaux a bien réussi à transformer Gouffran en buteur !

  • Parce que Bernard Mendy vient de loin, comme dirait Corneille.


Comments are closed.



la planete foot

suivez-nous aussi sur

LES PIEDS CARRES : LE ONZE DE DEPART

Une partie de l'effectif

L'équipe des Pieds Carrés est composée d'une bande de journalistes issus du quotidien la Nouvelle République, de journalistes venus d'autres horizons et de quelques spécialistes mondialement reconnus (au moins dans leur quartier) :

Parmi les titulaires indiscutables,

Frédéric Launay

Anthony Raimbault

Jérôme Boissel

Paulin Aubard

Jean-Marc Duret

Benjamin Henry

Axel B.

Alan De Silvestri

Gaëtan Briard

Jérémy Sopalski

la maison mere

L'ACTU NATIONALE

  • L'Equipe
  • Les cahiers du football
  • SO FOOT