Flux pour
Articles
Commentaires
35fc32f91f098b22069891f40046bca5072b8853f4f87f908b14f679e93201d0

L’illustration de couverture est une peinture de Natalie Levkovska

 Rentrée littéraire hiver 2022

 

Nouvelle fournée. Nouvelle année. La rentrée littéraire d’hiver est enclenchée ! D’après les données Livres Hebdo / Electre Data Services, elle sera peuplée de 545 romans. Contre 521 l’an dernier.  Sur les tables et les étagères des libraires 385 fictions françaises ( un record depuis 2013) dont 61 premiers romans et 160 romans traduits contre 153 l’an dernier.

Alors que les ventes de livres ont grimpé de 16,5% entre janvier et novembre 2021, cela fait d’autant plus de livres à découvrir, d’auteurs à suivre.

Quels noms ?

Pour cette rentrée littéraire, on va retrouver, entre autres, David FoenkinosKarine TuilPhilippe Besson, mais aussi Eric VuillardNicolas MathieuLeïla SlimaniConstance DébréMichel HouellebecqJulia Deck, etc.

Du côté des primo-romanciers aussi, de jolies découvertes. Vous savez comme je chéris particulièrement ceux-là.

Et c’est d’ailleurs avec l’un d’eux que j’inaugure cette série de posts pour vous présenter mes petites pépites.

Nous voilà donc dans l’univers de Mario Alonso. Né quelque part en Espagne dans les années 60, Mario Alonso arrive en France et se destine à être handballeur professionnel. Il change bientôt d’avis et devient guitariste dans un groupe de New Wave, puis vendeur de manteaux de fourrures et photographe dans une agence publicitaire, avant de se tourner vers le livre, à cause des écrivains américains qui ont fini par le pervertir. Evidemment !
Il publie en 2021 Lignes de flottaisons, un recueil d’aphorismes rafraîchissants édité en Belgique par Le Cactus inébranlable. Un second opus est prévu en 2023.
Aujourd’hui, l’auteur s’est fixé un nouvel objectif, écrire des romans paysages. Watergang est sa première vague, nous explique la maison d’édition Le Tripode, qui le publie.

L’histoire de Watergang  qui désigne un  canal, un fossé en bordure d’un polder ou d’un chemin ?

Paul a douze ans et habite à Middelbourg, petit village perdu au milieu des polders. Il y vit avec sa mère, divorcée et contrainte de travailler dans un supermarché ( Julia qu’il surnomme Super), et sa grande sœur Kim (qu’il appelle aussi Birgit), pas encore tout à fait sortie de l’adolescence mais déjà enceinte. Son père est parti refaire sa vie de l’autre côté de la mer. Mais Paul n’est pas un garçon comme les autres. Paul voudrait être écrivain, dès qu’il aura treize ans (il s’appellera alors Jan De Vaart, ou pas). Il passe ses journées à courir le long des canaux, au bord de l’eau, et à remplir son carnet de notes farfelues sur tout ce qu’il voit. Watergang est son histoire, celle de ceux qu’il aime, et de ce village niché au bout du monde.

Watergang est un premier roman d’une grande douceur, teintée d’un humour étonnant. À travers le regard d’un enfant plongé dans une situation familiale à la fois difficile et tristement banale, c’est tout un univers qui s’éveille et se reconstruit, ravivant la beauté du monde. Chacun des personnages s’exprime, raconte. Même le paysage s’en mêle. Quand ce n’est pas l’action d’un roman à venir. Ou un des carnets de Paul.

Une écriture sensible qui laisse apparaître des images au fil de ce roman choral. C’est beau, triste, banal ou poétique. Comme la vie. Celle d’un adolescent qui a fait de son environnement proche et de l’écriture des armes pour avancer.

 Extraits

Page 7 : Paul

« Courir c’est l’affaire de ma vie. Je cours d’un bout à l’autre du watergang. Une fois sur la plage, je me mets à vibrer avec la ligne d’horizon. Nous sommes comme deux câbles électriques qui se touchent. Je fais alors un rêve. Je suis à Buenos Aires. Bye-bye les polders. Adios Middelbourg. On m’a fait venir pour parler de mon dernier livre. Je tombe amoureux de la langue et décide de me fixer dans la pampa. J’achète un ranch et propose à ma soeur de me rejoindre. Je lui dis merde, quitte ce connard de Jeroen. Je le lui dis sur on ton désinvolte, en regardant mes chevaux, le téléphone collé à l’oreille. »

Page 41 : Super

« Je suis Super. J’habite Middelbourg. Je travaille à la supérette. Mon fils ne m’appelle plus Julia. Je crois que c’est à cause de son père. Julia lui rappelle trop l’Angleterre et la femme avec qui vit son père. Alors c’est Super. Ce qui fait bien rire mon patron. Ma fille est enceinte, ce qui ne me fait pas rire du tout. Mais je ne vais pas pleurer non plus. Je n’aime pas pleurer. Crier non plus. Je suis une femme sans histoires. Je n’ai rien à dire en général. Je suis la mère de Paul et Paul peut me faire faire à peu près tout ce qu’il veut. Il a le pouvoir d’insister sans bouger la tête. Impossible de lui résister. Je fonds. Il faut dire qu’il a les yeux de son père. Difficile de les regarder longtemps. »

Page 119 : Carnet

« Je suis comme tant d’autres, excepté que je suis à Paul. Je ne suis pas unique, mais Paul l’est. Je ne suis pas seul. Paul a d’autres carnets. Certains sont remplis. D’autres sont vierges, encore sous blister. Je suis le carnet en cours. Je suis mince, souple, noir. Je ressemble à Paul. Je tiens dans la main de Paul. Mes pages sont ivoire, sans lignes, sans carreaux. On peut dessiner, mais Paul ne dessine pas. Paul écrit. 

Enfin, Paul prend des notes, plutôt. Des bouts de phrases qui sonnent comme des titres. Paul fait ceci, Paul fait cela. Paul et untel, untel et Paul. Et parfois des bouts de phrases sans Paul, comme des titres sans roman derrière. Des listes. Des listes de titres. Des combinaisons de mots qui pourraient en effet devenir des titres, ou tout autre chose, on ne sait pas encore, Paul ne dit rien à ce sujet; D’ailleurs, Paul n’écrit rien en couverture de ses carnets. Il n’y inscrit pas la date. Pas d’indice. Pas de signe, pas d’en-tête. « 

Watergang, Mario Alonso, Le Tripode, 13€

 

Laisser un commentaire

*