Flux pour
Articles
Commentaires


Vendredi 11 juin, le festival Jazzin’ Cheverny 2010 entame la deuxième journée de cette troisième édition, les yeux rivés au ciel…

Le héros de la soirée sera incontestablement Michel Legrand, capable de faire venir 900 personnes en plein air, et de les faire rester sous une pluie battante pendant plus d’une heure. Son allié, le poncho imperméable orange, grand collector de cette édition de Jazzin’ Cheverny 2010.

IMG_0639

Jazzistiquement parlant, le quintet de Fred Monino a confirmé son statut de coup de coeur 2010 dans cette programmation. Mazette quel bassiste, et quel magnifique plateau de musiciens (Franck Tortiller, Eric Séva, Olivier Ker Ourio, François Laizeau) avec lui sur cette grande scène du château, balayée par les bourrasques (au secours les pinces à linge pour les partitions !) avant l’arrivée du déluge…

On a eu beau gigoter sous nos ponchos, battre des pieds sur le gravier de la cour du château, le concert s’est arrêté un peu  vite. Dommage, trempée pour trempée, j’aurais bien réchauffé mes oreilles plus longtemps de ce « Round Jaco ». Il faudra revenir nous faire ça un jour de beau temps, M. Monino !

Ce vendredi-là, Jazzin’ Cheverny ouvrait aussi la scène du « off », dans le petit jardin derrière l’église. C’est Caragoss, le quartet de beaux gosses du jazz manouche, qui était en piste. Rien que des cordes… comme ce qui tombait sur les spectateurs dont une bonne partie a trouvé refuge carrément sur scène, avec les musiciens. Un beau geste qui réchauffe, là aussi.

Résumé de ce vendredi 11 juin 2010 à Jazzin’ Cheverny avec cette carte postale vidéo, sur laquelle il manque Michel Legrand : trop de pluie pour sortir l’appareil de sous le poncho…

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

*