Sur les traces de la Manu : 7e épisode

Un bâti symbolique de la IIIe République en 1886-1887 : la façade de l'atelier central de constructions mécaniques (actuel musée de l'Auto-moto-vélo) et les deux cheminées (Photo Martine Destouches)

Un bâti symbolique de la IIIe République en 1886-1887 : la façade de l’atelier central de constructions mécaniques (actuel musée Auto moto vélo) et les deux cheminées
(Photo Martine Destouches)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie-Claude Albert, Pierre Bugnet, David Hamelin et Patrick Mortal ont publié en septembre dernier (chez Geste Editions) un ouvrage imposant sur l’histoire des hommes qui ont fait la Manu.

La rédaction châtelleraudaise de La Nouvelle République/Centre Presse a décidé de consacrer à cette bible, jusqu’au mois de juin prochain, une série d’articles signés des deux auteurs châtelleraudais Marie-Claude Albert et Pierre Bugnet.

Ces chroniques hebdomadaires sont également relayées ici, sur Zoom Arrière.

La Manu républicaine : entre mythe et réalité

Alors que l’usine se transforme, la volonté politique de faire triompher l’ordre et le prestige est indéniable.

Il faut glorifier le progrès technique et l’habileté des ouvriers de la manufacture les protégeant de la luxure des cabarets et des mauvaises lectures.

Ce double défi s’exprime tant dans l’architecture des nouveaux bâtiments que dans l’éclat des fêtes publiques.

<span styl

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Cette entrée a été publiée dans Arrête ton manuchard, La vie, Les gens, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.